Accueil > Histoires d'Orléans > Articles > Dans les rues d'Orléans... > L'Ile Arrault : la passion du cheval

Histoires d'Orléans

L'Ile Arrault : la passion du cheval

Course à l'hippodrome de l'Ile Arrault : photographie (2007). Auteur : Christelle Bruant. Série Fi. Archives municipales d'Orléans.

Chaque printemps, cinq rencontres hippiques ont lieu à l'Ile Arrault. Sous la clameur des parieurs, jockeys et chevaux font leurs tours de piste. Mais, l'hippodrome reste méconnu. En bord de Loire, dans le prolongement de l'avenue du Champ-de-Mars, quartier Saint-Marceau, il offre pourtant un cadre agréable aux promeneurs.

La curiosité d'un nom

Pourquoi l'Ile Arrault ? Sur le territoire de la commune de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin et sur celui d'Orléans s'étendaient deux terrains : l'île de la Madeleine et l'île Arrault, séparés par le Riau de la Folie. Les familles, vivant sur la levée, avaient gagné sur les alluvions de la Loire pour établir des jardins et des petites constructions. L'une de ces familles étaient des blanchisseurs de toiles dénommée Arrault et installée au moins depuis le 18e siècle.

Du champ de manoeuvres au champ de courses

Entre 1843 et 1863, la ville d'Orléans achète ces terrains et les loue à l'Armée qui y faisait déjà traditionnellement ses exercices. Le secteur est alors peu urbanisé. Une canche et une tuilerie y sont implantées.

En 1879, un chemin pour chevaux est d'abord aménagé sur la levée de Loire. Puis, en 1894, une première course hippique a lieu sur le champ de manoeuvres militaires. Deux ans plus tard, la naissance de l'hippodrome est officialisée avec la construction d'une tribune, la création d'une piste et d'un pavillon pour le pari mutuel. Mais la cohabitation avec l'Armée engendre des tensions car les convois militaires endommagent la piste. Aussi, dès le début du 20e siècle, la ville souhaite reprendre le terrain et le consacrer à différents sports.

Un espace dédié au sport

En effet, parallèlement aux courses hippiques, toutes les grandes manifestations sportives de la ville y sont organisées. En 1921, alors que le quartier s'urbanise progressivement, le paysagiste orléanais Edouard Gitton propose un aménagement comprenant un ring de boxe, des terrains de tennis, de rugby, de football, un vélodrome et des installations d'athlétisme. En 1929, les fêtes fédérales nationales de gymnastique s'y déroulent. Après guerre, l'avenue du Champ-de-Mars est utilisée comme vélodrome et circuit automobile. L'Ile Arrault sert aussi ponctuellement pour d'autres rassemblements comme le meeting des cheminots grévistes en 1920, les prises d'armes lors des cérémonies militaires et les fêtes johanniques. Dans les années 1960, des installations sportives sont définitivement aménagées sur le stade. Elles sont alors régulièrement utilisées par les élèves orléanais.

Aujourd'hui, l'hippodrome continue a attiré les passionnés de courses hippiques. Il reste à découvrir pour ceux que ne le connaitraient pas encore...

Sources : Archives municipales. Juin 2007.

 


Espace personnel