Accueil > Actualités > Actualités archivées > 2016 > Notre participation au ChallengeAZ 2016 > Q comme série Q

Actualités

Que se cache-t-il en série Q ?

Recensement des ouvriers employés au chantier de la rue des Murlins, extrait,1848 (AMO, 2Q15)

D’après le cadre de classement de 1926, la série Q des archives communales est normalement consacrée à l’assistance et la prévoyance. A Orléans, cette série est subdivisée en 6 sous-séries thématiques. Elles permettent de s’intéresser à certains aspects de l’histoire sociale. Cette série n’est pas dénuée non plus d’intérêt en matière de généalogie, pour qui se donne la peine d’aller chercher dedans. Avant la loi de 2008 sur les archives, un grand nombre de documents de cette série n’était pas librement communicable. Avec l’abaissement des délais, il est désormais possible d’avoir accès à des sources nominatives intéressantes, notamment pour le 19e siècle voire le début du 20e siècle. Les documents nominatifs plus récents, quant à eux, restent sous le coup des délais énoncés dans le Code du patrimoine.

1 Q – Bureau d’aide sociale et secours

Les quelques dossiers relatifs au Bureau d’aide sociale conservés en sous-série 1Q sont des dossiers produits par la Ville d’Orléans. Ils sont complémentaires de ceux produits par le Bureau d’aide sociale dont le fonds est conservé en sous-série 6Q. Dans les dossiers de la ville, on trouve notamment des renseignements sur les membres du bureau, sur le personnel ainsi que des correspondances relatives aux dons et aux legs.

En compulsant l’inventaire, on repère également des recensements d’indigents produits à la fin du 18e siècle et aussi vers le milieu du 19e siècle, à l’époque où des ateliers nationaux et municipaux voient le jour.

Il existe également un dossier très spécifique sur les secours apportés aux enfants des gardes nationaux victimes des Journées de juin 1848. L’administration a notamment réalisé à cette époque des bulletins individuels par enfant pour la période 1852-1861.

Les dossiers généraux sur les secours rassemblent de la correspondance où on retrouve non seulement des sollicitations mais également certaines réponses apportées.

2 Q – Œuvres charitables

Cette sous-série rassemble des dossiers relatifs aux sociétés de bienfaisance, autrement appelées œuvres charitables. On y retrouve des dossiers sur les crèches, les bains et lavoirs publics, l’orphelinat Serenne, l’œuvre des fourneaux économiques ou encore l’institut des sourds-muets et celui des sourdes-muettes.

En jetant un œil à l’inventaire, on repère en 1837, un état des médecins qui œuvrent dans le cadre des consultations gratuites de la fondation du docteur Petit, pour 1848, un état nominatif des ouvriers travaillant aux ateliers communaux de charité organisé par chantier ou encore, pour 1855-1856, un état alphabétique des sociétaires de la Société alimentaire 

3 Q – Hôpitaux

La sous-série 3Q est destinée à l’inventaire des dossiers municipaux relatifs à l’hôpital d’Orléans. On y trouve notamment pour la fin du 18e siècle et le 19e siècle, des informations sur le personnel laïc et religieux, des procès-verbaux d’enfants abandonnés, un état nominatif des aliénés datant du début du 19e siècle ainsi qu’un état mensuel des indigents et vieillards pour la même période.

4 Q – Institutions diverses

La sous-série 4Q est une série peu volumineuse. Il y est notamment question de la Caisse d’Epargne ainsi que de la Caisse du crédit municipal pour laquelle il existe des éléments relatifs au personnel.

5 Q – Applications des lois d’assistance et de prévoyance

Derrière le titre peu parlant de cette sous-série se cachent des demandes de secours émanant de militaires pour la période 1830-1860 ou  des déclarations d’accidents pour la période 1899-1972.

Dans le cadre de la protection du premier âge et de l’enfance, c’est là que sont conservés des états des nourrices pour la période 1848-1877 et pour le début du 20e siècle. Des états d’enfants placés y sont associés pour la période 1878-1880.

C’est dans cette sous-série que sont conservés les dossiers relatifs aux sociétés de secours mutuels organisés par métier.

6 Q – Fonds du Bureau d’aide sociale, devenu Centre communal d’action sociale

Le fonds du bureau d’aide sociale remonte aux  années 1790. Ses délibérations, facilement consultables, permettent d’en faire l’historique et de connaitre les principales décisions prises en matière d’action sociale à Orléans.

On y retrouve également des éléments relatifs au personnel, aux dons, legs et institutions charitables. Ces éléments sont organisés par nom de familles ou de particuliers qui ont fait le don ou legs ou créé l’institution.

On notera que plusieurs dossiers sont consacrés aux biens ecclésiastiques attribués au Bureau d’aide sociale lors de la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905.

 

La série Q est peu utilisée des chercheurs qui méconnaissent ses richesses. Les dossiers sont consultables en salle de lecture des Archives d'Orléans.

Secours militaire, attribution  (AMO, 5Q1) Secours militaire, bon de remise (AMO, 5Q1) Enfants des gardes nationaux victimes des journées de juin 1848 (AMO, 1Q122) Enfants des gardes nationaux victimes des journées de juin 1848 (AMO, 1Q122)

Aucun commentaire


Espace personnel