Accueil > Histoires d'Orléans > Articles > La Loire et le canal d'Orléans > Le comblement du Canal d’Orléans

Histoires d'Orléans

Le comblement du Canal d’Orléans

Ruine du pont de Vierzon et canal d’Orléans asséché : photographie [1944]. Auteur : Camille Bertrand. Cote 3Fi1938. Archives municipales d'Orléans.

En 1921, la portion de canal entre Combleux et Orléans est inaugurée après treize ans de travaux. A cette date, la marine de Loire est déjà sur le déclin. Aussi, les autres projets de prolongation ou de lien avec le chemin de fer ne verront pas le jour. En 1944, lorsque les Américains bombardent le pont de Vierzon, les installations du canal sont endommagées et ne sont pas réparées faute de moyens. En 1954, l’Etat déclasse cette partie du canal, à sec depuis une décennie et à une époque où la marine de Loire n’existe déjà plus.

Des abords peu avenants

Dans les années 1950, entre le Cabinet Vert et le quai du Fort-Alleaume, les bords du canal accueillent des entreprises de travaux publics. Une entreprise d’extraction de sable est même installée sur le plateau de l’écluse. La ville souhaite alors réhabiliter tout cet espace non seulement pour des questions d’esthétisme mais aussi de salubrité. En effet, il n’est pas rare que la population prenne l’ancien canal pour dépotoir et y jette n’importe quoi depuis les eaux usées jusqu’à des cadavres d’animaux.

Un comblement à étapes

D’abord, quai du Fort-Alleaume - zone dégradée durant la guerre - une piscine est construite. Plus tard, durant les années 1960, le choix est fait de combler le lit, quai du Roi, avec les gravats issus des travaux d’urbanisme, afin d’y aménager un jardin-promenade ainsi qu’un parking pour les poids-lourds qui empruntent la nationale. A l’époque, aucune objection n’est faite contre ces travaux car le canal ne sert plus et car il s’agit de rendre les bords de Loire aux promeneurs. En 1970, il sera même envisager de combler le canal jusqu’à Combleux ! En 1976, la piscine ferme, ses installations sont détruites et du sable est utilisé pour combler les bassins. Finalement, en 1983, une dernière touche est apportée aux comblements. Des tonnes de terre provenant des travaux de construction de l’Hôtel du département sont déversées entre l’écluse et le rejet en Loire afin d’éliminer les eaux stagnantes.

Aujourd’hui, les travaux de réouverture entre l’écluse et le Cabinet Vert offrent aux promeneurs avertis l’occasion de retrouver les traces du comblement…

Sources : Archives municipales. Février 2007.

Espace personnel