Les fêtes de la Victoire des 14 juillet et 3 août 1919

Orléans - Les fêtes de la Victoire 1919. Le Défilé de la Cavalerie (AMO, 2Fi2131)

Célébrer le retour des poilus orléanais

La Première Guerre mondiale s'achève par l'Armistice du 11 novembre 1918 puis plus officiellement, le 28 juin 1919 avec la signature du Traité de Versailles. Les troupes sont progressivement démobilisées entre novembre 1918 et juin 1920. Le 14 juillet 1919 est la date choisie pour organiser une manifestation nationale "Les Fêtes de la Victoire" dont l'objectif est de célébrer un triomphe et acclamer les vainqueurs de la Grande guerre.

D’après le procès-verbal du Conseil Municipal du 12 juillet 1919, la ville d’Orléans projette de célébrer le retour du 131e Régiment d’infanterie car il est "le" régiment d’Orléans, étant le plus ancien installé dans la ville. Mais, la loi fixe les fêtes de la Victoire au 14 juillet 1919 dans tout le pays et à cette date, le 131e Régiment ne sera pas encore revenu à Orléans. La municipalité décide donc de célébrer les fêtes de la Victoire en deux temps. A savoir, une première fois, le 14 juillet puis, plus tard, lors du retour des hommes du 131e.

Le 14 juillet de l'année 1919 est donc particulier cette année-là, à Orléans, comme dans toute la France. La veille, au soir, dans la cour de l’Hôtel de ville d'Orléans, un hommage aux morts est rendu. Le 14 juillet, après une revue militaire, des jeux sont organisés, des représentations gratuites sont offertes par la Ville dans les différents établissements de spectacle. Le soir, des bals sont donnés dans les différents quartiers, une retraite parcourt les principales rues et des feux de bengale sont allumés sur son passage. Un feu d’artifice est tiré sur la rive gauche de la Loire.

Une seconde fête est aussi prévue pour le retour du 131e Régiment, à savoir le 3 août. Une commission, composée des conseillers municipaux Ustin, Laville et Naudin, est nommée le 12 juillet 1919 lors du Conseil Municipal pour organiser l’événement à venir. Elle se réunit le 21 juillet 1919 pour établir le programme des fêtes de la Victoire qui se dérouleront le dimanche 3 août 1919. La population souhaite ardemment voir le passage des troupes. Les membres de la Commission ont à cœur de ne pas fatiguer les soldats par des marches inutiles dans de multiples quartiers. Il est donc décidé que la rentrée en ville du régiment victorieux soit associée à d’autres corps de troupe de la garnison. La distance totale du défilé est évaluée à 5 kilomètres et 330 mètres. Les sociétés sportives sans distinction constitueront la haie d’honneur sur le passage des troupes. La rentrée solennelle du 131e Régiment d’Infanterie et du 8e Régiment de Chasseurs à cheval donne finalement lieu à la réception des troupes au Carré Saint-Vincent par les autorités civiles. Le défilé triomphal se déroule au bruit du canon et des cloches sonnant à toute volée. Une cérémonie avec chants patriotiques, hommage à Jeanne d’Arc et discours du maire est prévue place du Martroi. Une tribune est installée pour que les enfants des écoles, les autorités et notables sans distinction d’opinion ainsi qu’une délégation des combattants de 1870 et des mutilés de guerre prennent place.

Afin de bien « marquer le caractère d’union sacrée », des invitations sont adressées aux membres des différents cultes. Une amélioration de l’ordinaire pour les sous-officiers et les soldats est prévue avec vin, café et cigares. Les officiers sont reçus à l’Hôtel de ville à l’occasion d’un lunch. Des jeux et bals publics ont également lieu dans les différents quartiers. Le soir, une retraite aux flambeaux et l’illumination des monuments publics avec embrasement des tours de la cathédrale mettent un point final aux fêtes.

Parallèlement, au niveau national, l’Union des Grandes Associations Françaises prend l’initiative d’organiser le dimanche 3 août 1919 également, une journée de reconnaissance nationale envers le soldat français et demande aux instituteurs la participation des écoliers. Le préfet du département appuie cette demande auprès des maires des communes. Ainsi, le 3 août 1919, toutes les communes de France organisent aussi des fêtes de la Victoire, afin de remercier et honorer dignement les combattants, glorifier les morts et rappeler au pays le rôle de la France dans la guerre.

 

Sélection de cartes postales illustrant les Fêtes de la Victoire à Orléans

 


Sources : 

1D80 - Procès-verbaux du Conseil municipal d'Orléans (1919).

1J336 – Autres fêtes, cérémonies et réceptions (1904-1930).

Dernière mise à jour le 23.06.2019

Aucun commentaire