Accueil > Histoires d'Orléans > Articles > Orléans, ville culturelle > 1967 : les Floralies

Histoires d'Orléans

1967 : les Floralies internationales d'Orléans

Floralies internationales d’Orléans : affiche par Huguette Sainson (1967). Série O, 4828 (Cotation provisoire). Archives municipales d'Orléans.

En 1967, les Floralies internationales se déroulent dans le tout nouveau Parc floral à Orléans La Source. Elles durent six mois, d’octobre à avril, ce qui constitue une première en France. Exposition florale, en plein air, qui se renouvelle au fil des saisons, les Floralies ont aussi été une manifestation touristique d’envergure, qui assure encore, quarante ans plus tard, la reconnaissance du parc et de la ville.

Une manifestation horticole internationale …

Les Floralies sont d’abord l’occasion de promouvoir l’activité horticole d’Orléans en France et à l’étranger et d’aménager durablement le Parc floral qui a ouvert en 1964 dans le nouveau quartier de La Source. Outre l’exposition de fleurs en extérieur, sept expositions temporaires ont lieu dont le Salon de la rose qui attire plus de 180 000 visiteurs. Des colloques internationaux s’adressent aux spécialistes alors qu’un espace baptisé « Flor village » regroupe toutes les activités liées à la vie à la campagne.

… à vocation touristique

Parallèlement, les organisateurs misent sur l’enjeu touristique grâce à la proximité de Paris et la desserte par la RN 20. Des trains spéciaux Paris-Floralies sont affrétés. A l’époque, deux millions de visiteurs sont espérés. Pour les accueillir, de vastes parkings sont créés et le terrain du futur Centre Hospitalier Régional d'Orléans attend les campeurs sous le nom de « Flor camping ». Dans le parc, « Floralix », village gaulois et son campement romain inspirés des aventures d’Astérix, est imaginé. Une reconstitution d’un temple dédié à Mars Mullo présente une exposition sur les celtes alors qu’ailleurs, ce sont les maquettes « d’Orléans II », autrement dit le quartier de La Source, qui sont présentées. Pour renouveler l’attrait, des animations ont lieu tous les jours depuis des sons et lumières jusqu’à des émissions de TV ou des spectacles.

Pour attirer la foule, une communication sans précédent est mise en œuvre : des publicités sur les paquets de cigarettes sont envisagées, des cartes postales et un timbre sont édités, Paris-match sort un hors-série et finance avec la société Agfa la construction du temple romain. La vente des souvenirs n’est pas oubliée avec la création de la poupée Flor.

A l’heure de la clôture, les Floralies ont reçu 2,3 millions de visiteurs. Malgré un bilan financier négatif, la manifestation a tout du succès : la notoriété du Parc floral est alors assurée et les floralies de 1967 s’inscrivent dans les mémoires comme événement exceptionnel.

Sources : Archives municipales. Avril 2007.
Floralix : un aspect du village et la reconstitution du temple celto-romain Floralies internationales 1967 : vue du parc Floral. Floralies internationales : avril à octobre 1967 Maisons-coques exposées aux Floralies de 1967. Hors-série Paris-Match (AMO, C4965)

Espace personnel