Accueil > Histoires d'Orléans > Articles > Orléans, ville culturelle > Libération de 1944 : 60 ans de commémoration

Histoires d'Orléans

Libération de 1944 : 60 ans de commémoration

60ème anniversaire de la Libération d’Orléans : affiche (2004). Série Fi, non coté. Archives municipales d'Orléans.

Orléans, 16 août 1944. Après cinquante mois d'occupation par l'armée allemande, soit un peu plus de quatre ans, la ville vit la seconde libération importante de son histoire grâce à l'armée américaine du général Patton qui entre par le nord, dans la rue du Faubourg–Bannier.

De l'événement festif...

Dès 1945, cet événement va être fêté chaque année par la ville. En outre, jusqu’à la fin des années 1970, le programme reste quasiment inchangé et est conçu de façon à être digne d’un 14 juillet. A cette époque, la commémoration se veut très festive et la municipalité offre aux nombreux Orléanais ayant vécu la guerre l'occasion de s'amuser après plusieurs années noires.

La première partie de la journée du 16 août est dédiée à la commémoration militaire. Une cérémonie a lieu au Monument de la Victoire. Là, le cortège d'officiels et les anciens combattants sont réunis pour un dépôt de gerbes. Après une minute de silence, les musiques militaires présentes jouent Aux morts, puis l'hymne américain et terminent par La Marseillaise. A 14h30, les églises d'Orléans font sonner leurs cloches en souvenir de l'entrée des troupes américaines.

En fin de soirée, la deuxième partie de la journée commémorative démarre. Il s'agit alors de divertir la population. Vers 21h, un spectacle de variétés est donné gratuitement à l'auditorium du Parc Pasteur ou au Palais des Sports. Sous les yeux d'une population généralement nombreuse durant les premières années, défilent des clowns, des chansonniers, des acrobates, des transformistes ou encore des voyants. En 1971, les Orléanais ont même l'occasion de voir un spectacle de la Piste aux Etoiles, émission vedette de la télévision. Dès 22h, les Orléanais dansent lors d’un bal gratuit donné d’abord à la salle des fêtes du Campo Santo puis sous la dalle du parking de la Charpenterie.

... à la commémoration historique

A l’aube des années 1980, la population ayant vécu la guerre est déjà moins nombreuse. Les commémorations annuelles sont dès lors moins festives et plus axées sur le souvenir militaire. Ainsi, chaque année, une réception à l’hôtel de ville précède le moment de recueillement au Monument de la Victoire. Il n’est plus question de spectacle de music-hall ni du bal. De temps à autres, une animation plus populaire est néanmoins organisée comme des spectacles folkloriques au Parc Floral, le survol de la ville par la montgolfière d’un aéronaute américain en 1983 ou un défilé de véhicules d’époque en 2001.

C’est surtout lorsque l’anniversaire de la Libération passe une nouvelle décennie que la ferveur populaire connue les premières années d’après guerre revit. Des festivités plus importantes sont d’ailleurs organisées en supplément des manifestations traditionnelles. Ainsi, en 1964, l’armée américaine tire 21 coups de canons. En 1964, 1984, 1994 et 2004, des véhicules militaires défilent dans les rues traversées par les troupes de général Patton en 1944. Des documents d’archives sont aussi exposés pour permettre aux plus anciens de se remémorer et aux plus jeunes de découvrir. La journée se termine alors par un bal populaire comme ce fut encore le cas cette année sur la place de l’Etape.

Avec le temps, de moins en moins d’Orléanais ayant vécu durant la guerre pourront témoigner directement de cette journée d’août 1944 à la fois festive et douloureuse. La commémoration deviendra alors une occasion de raconter aux plus jeunes une page d’histoire d’Orléans ou comment des hommes venus des Etats-Unis, et en particulier de Wichita, sont venus au secours d’une ville occupée.

Sources : Archives municipales et Médiathèque d’Orléans. Août 2004.

Espace personnel