Accueil > S'orienter dans les fonds > Aide à la recherche > Faire l’histoire d’une rue ou d’un quartier

S'orienter dans les fonds

Faire l’histoire d’une rue ou d’un quartier

Façade de la maison N°2 du sieur Lorion Le Vassor : plan [ca.1832]. Auteurs : Pagot et Branet. Cote 1Fi52. Archives municipales d'Orléans.

Ecrire l’histoire d’une rue, d’un quartier et de tout l’environnement qui y est rattaché nécessite de s’intéresser aux évolutions toponymiques, urbanistiques, architecturales et sociales. Le lecteur trouvera ci-dessous une liste non exhaustive des sources disponibles aux Archives municipale d’Orléans lui permettant une recherche efficace.

La dénomination

  • Des ouvrages de bibliothèque renseignent sur l’histoire des noms de rues d’Orléans.

- Gaillard, Louis (abbé) ; Lepage, Eugène, Les rues d'Orléans, Laffitte reprints, Marseille, réed. 1977, annotations manuscrites 1992.

Gaillard, Louis (abbé), Histoire des noms des rues d'Orléans, CPE, Romorantin, 1998.

  • Les dénominations sont votées par le conseil municipal. Les délibérations (Série D) permettent donc de retrouver la date de dénomination d’une rue. Parfois, les raisons du choix du nom y sont même développées.

Clé d’entrée : une table annuelle thématique permet de chercher dans les délibérations.

  • Les dossiers par voie (Série O) permettent parfois de retrouver les dates de dénomination et les raisons du choix du nom.

Clé d’entrée : les dossiers sont organisés dans l’ordre alphabétique des noms de rues.

Histoire sociale

  • Les annuaires ou almanachs permettent de retrouver la liste des commerces occupant une rue à une date donnée.

Clés d’entrée : la recherche se fait au nom de la rue pour établir une liste non exhaustive des habitants. Ensuite, cette liste est complétée en cherchant par la liste des commerces et par la liste des habitants.

  • Le recensement nominatif de population (Série F) permet d’étudier la population résidant dans une rue. Ce document indique la composition de la famille – y compris les « domestiques » - ainsi que les professions, voire selon les périodes, le nom de l’employeur. La lecture du recensement donne donc la typologie sociale de la rue étudiée (concentration d’ouvriers, de commerçants, de rentiers…). Pris à différents intervalles, il sera possible de voir si la typologie a évolué.

Clé d’entrée : les recensements sont organisés par secteur (5 cantons à Orléans) puis par rue.

  • Les fiches auxiliaires cadastrales (Série G) permettent d’apprécier la succession des propriétaires et des occupants d’une adresse, de connaître les temps d’occupation et d’avoir une description sommaire du bâtiment.

Clé d’entrée : les fiches sont organisées par secteur puis par rue.

Urbanisme et architecture

  • L’iconographie (cartes postales, photographies) permet de voir les façades de maisons ou de commerces de la rue (Série Fi) et de façon générale l’évolution de la rue (alignement, décor, mobilier urbain, plantation, etc.).

Clé d’entrée : les fonds iconographiques sont interrogeables par des index. L’image est visualisable sur un poste informatique.

  • Le cadastre (série G) est la source de base pour repérer facilement l’évolution du bâti et de la voirie. La consultation du cadastre napoléonien permet de voir si la rue existait ou non, quel nom elle portait et si le bâti était important ou non. Conjugué aux états de section et aux matrices des propriétés foncières, on apprend à connaître l’occupation du sol (nature du bâti et nature des exploitations agricoles)

Clé d’entrée : repérer la section de laquelle dépend la voie en consultant le plan d’assemblage du cadastre. Relever les numéros de parcelles sur le plan puis consulter les registres à ces numéros.

  • Les dossiers par voie (Série O) sont la source essentielle pour relever les dates d’ouverture des voies, d’alignement et de travaux.

Clé d’entrée : les dossiers sont organisés dans l’ordre alphabétique des noms de rues.

  • Les casiers sanitaires (Série J) commencent au début du 20e siècle et s’arrêtent vers les années 1970. Il s’agit de dossiers de plans par immeuble qui permettent non seulement de connaître l’architecture initiale des bâtiments mais aussi de relever des noms d’architectes. Ils sont une piste intéressante pour relever la trace de bâtiments disparus.

Clé d’entrée : les dossiers s’organisent par ordre alphabétique des rues. Dans la sous-chemise, les plans sont dans l’ordre des numéros de maisons.

Attention, tous les immeubles d’une rue n’ont pas forcément un dossier

  • Les permis de construire, déclarations de travaux et permis de démolir (série O) permettent de recueillir des informations sur le bâti et son évolution dès 1945. Les dossiers les plus anciens sont peu fournis notamment en terme de plans ou d’images. Plus on avance dans le temps et plus les dossiers deviennent précis. Tout comme pour les casiers sanitaires, les permis de construire permettent de relever des noms d’architectes.

Clé d’entrée : il est nécessaire de connaître le numéro et l’année de délivrance du permis afin de rechercher dans les inventaires. Il est donc indispensable de consulter le service Droits des sols avant toute recherche aux Archives municipales.

  • Les renseignements sur les édifices communaux, monuments et établissements publics (série M) permettent de compléter l’histoire de la rue (présence d’une école, d’un équipement sportif, etc.). Les dossiers conservés permettent de retrouver des dates de construction et de travaux, voire de démolition.

Clé d’entrée : consulter l’inventaire de la série M, soit en cherchant par sous-série soit en consultant l’index au nom de l’édifice.

  • Les Archives municipales conservent aussi des dossiers relatifs aux Espaces verts (série O) qui permettent d'obtenir des renseignements sur les parcs, les jardins et les promenades.

Connaître l’histoire de son quartier

Faire l’histoire de son quartier, c’est reprendre la méthodologie appliquée pour faire l’histoire d’une rue en élargissement le périmètre géographique de l’étude. Toutes les sources citées ci-dessus sont tout à fait pertinentes pour ce type de recherches. On peut également y ajouter des dossiers d’urbanisme (série O), propres à un quartier dans son intégralité.

Bâtiments appartenant à mesdemoiselles Chardonneret et madame Tétard : plan (1848). Cote Dos9. Archives municipales d'Orléans. Rue de la Poterne : carte postale (s.d.). Cote 2Fi813. Archives municipales d'Orléans.

Espace personnel