Affichage détaillé (Collectivités, personnes & familles)


Toulouse, Roger (1918-1994)

19/02/1918 - 11/09/1994

Personne

Peintre, illustrateur, sculpteur et poète, Roger Toulouse naît le 19 février 1918, à Orléans. Très jeune, il suit les cours de l'école des Beaux-Arts. Au printemps 1937, Max Jacob remarque son talent et présente le jeune peintre au grand marchand d'art parisien Daniel-Henry Kahnweiler : son jugement est d'emblée favorable. Roger Toulouse rejoint alors la Galerie de Beaune, dont la clientèle est constituée de riches collectionneurs américains, notamment Gertrude Stein et le célèbre marchand Rosenberg. Très vite, les achats se multiplient. La carrière de Roger Toulouse est lancée et va se poursuivre au rythme d'expositions prestigieuses et de participations aux plus grands salons de l'époque.

Puis vient la guerre, après laquelle l'artiste va se retirer des mondanités parisiennes. Dans le calme de son atelier orléanais proche de la Loire, et dans son rôle de professeur de dessin à l'Ecole Normale d'Instituteurs de la rue du Faubourg-Bourgogne, il mûrit et s'épanouit. En dehors de toute école, avec une grande discrétion, Toulouse crée une oeuvre puissante, méditative, qui extériorise son angoisse devant la transformation du monde. Préoccupé par la menace que fait peser sur l'environnement le développement industriel non maîtrisé, l'artiste exprime son inquiétude de voir émerger un monde dans lequel l'homme n'aurait plus sa place.

Poète lui-même, Roger Toulouse illustre ses amis poètes. Puis il aborde le vitrail et la céramique, avant de se lancer dans la sculpture. A partir de 1970, il découpe et assemble des plaques de métal martelé dans des formes qui seront de moins en moins figuratives. D'abord inspirée du style triangulé de ses peintures, sa manière devient plus compacte et trouve son identité dans nombre de sculptures monumentales réalisées au titre des commandes publiques, notamment pour des collectivités territoriales.

Le début des années 90 voit le créateur vivre une période sereine, la seule dans toute sa production. La couleur blanche, symbole de pureté, envahit alors le tableau dans lequel l'homme semble retrouver sa place. Roger Toulouse laisse alors entrevoir la promesse d'un monde réhumanisé, où l'espérance serait à nouveau permise à l'aube du 21e siècle.

Mais le peintre retombe dans ses angoisses. Spectateur des conflits qui déchirent la planète, doutant de l'humanité, l'homme Toulouse sent ses forces faiblir et sait son temps compté par la maladie. A partir de 1993, il livre une peinture composée d'une multitude de lambeaux éparpillés et flottants, d'abord colorés, mais qu'il obscurcit systématiquement au noir de fumée : ultime dispersion, peut-être, de ses espoirs déçus?

S'effaçant derrière soixante ans d'une création diverse mais d'une parfaite unité, Roger Toulouse s'éteint à Orléans, le 11 septembre 1994.

Auteur : Atelier Patrimoine du Conseil Consultatif du Quartier Est d'Orléans (2018) - Les Amis de Roger Toulouse - Abel Moittié

Art, Enseignement
Relations ressources