Affichage détaillé (Collectivités, personnes & familles)


Cirque Lavrat (1949-1962)

1949 - 1962

Collectivité

Les débuts dans le quartier de l'Argonne de l'après-guerre :

Vers 1948, un groupe de 10 jeunes du quartier de l'Argonne à Orléans - André Lavrat, tôlier, Lucien Blanc dit Biquette, typographe, Pierre Brunet, maçon, Guy Lacour, mécanicien, Jean, plombier et Jacques, menuisier Bernardeau dit Les Bidas, Léon Bellanger, mécanicien, Renée Lavrat, postière, André et Maurice Gascoin - décident de créer un cirque. La plupart d'entre eux pratique déjà la gymnastique au Cercle Michelet, rue des Ecoles, dans le quartier des Aydes où ils se rendent plusieurs fois par semaine à vélo. Depuis 1945, certains, comme les frères Gascoin et André Lavrat, ont déjà mis au point quelques numéros qu'ils présentent lors de fêtes de quartier.

Les entraînements de cette troupe amateur ont lieu le soir dans l'atelier d'André Lavrat situé 24, rue du Fil-Soie. Progressivement, des numéros sont échafaudés et du matériel est construit par les membres de la troupe naissante. A force de travail, tout l'équipement nécessaire à la mise en place du cirque voit le jour ainsi qu'un programme complet à présenter à des spectateurs.
Un premier filet est mis au point pour les trapézistes. André Lavrat passera au travers à deux reprises ! Un second filet sera confectionné. Les noeuds trop gros occasionnent des contusions et fini par rompre également. Ensuite, c'est un numéro d'équilibristes sur fil de fer aérien qui est imaginé. Il est mené par Les Eolas. Enfin, la troupe construit des cycles mono-roues pour de nouveaux tours.
Parallèlement, la construction d'une caravane qui permettra des déplacements est envisagée. Ce travail est également mené par les membres de la troupe qui valorise leur savoir-faire professionnel, comme la tôlerie et l'électricité. A l'issue de 149 dimanches de travail, la troupe dispose enfin d'une caravane de 7 mètres de long pour se loger et de 3 remorques pour transporter le matériel. A cela s'ajoutent 4 camions AHS3 moteur 85 provenant d'une vente des domaines. L'ensemble est aux couleurs jaune et rouge d'Orléans. En 1950, la troupe fait l'acquisition d'un chapiteau provenant d'un cirque en faillite. Ils le meublent de bancs et gradins fabriqués par Hubert Meunier. L'abbé Lucet dessine l'affiche.

L'inauguration du cirque a eu lieu le 3 août 1950 rue de l'Argonne, sur un terrain vague où sera édifiée en 1961 l'église Saint-Jean-Bosco. Le spectacle inaugural a lieu en présence de Pierre Chevallier, maire d'Orléans. Après l'inauguration, le cirque se lance dans une tournée des quartiers d'Orléans puis des communes du Loiret et d'Eure-et-Loir. Chécy, Jargeau, Châteauneuf-sur-Loire, Saint-Benoît-sur-Loire, Ingré, Saint-Jean-de-la-Ruelle, Meung-sur-Loire, Beaugency, Artenay, Janville, Neuville-au-Bois comptent parmi les communes qui accueilleront le cirque. Le prix des places est de 100 francs avec réduction à 50 francs pour les enfants et les militaires. Orléans,

En parallèle, la troupe participe à de nombreux galas de bienfaisance, tel que celui de l'Etoile de l'Argonne, ou encore aux spectacles donnés pour les enfant à l'occasion de la fête de Noël par des entreprises locales, comme les établissements Rousseau. André Lavrat et André Gascoin sont aussi investis dans les Fêtes de l'Argonne pour lesquels ils créent un char "Argonne Circus".

La troupe rencontre Max de Rieu, directeur de la mise en scène à l'Opéra-Comique et dirigeant de la télévision française alors qu'il passe ses vacances à Saint-Benoît-sur-Loire. Le 24 novembre 1950, une équipe de la télévision constituée de Roger Pradines, assistant, Michel Makhevitch, opérateur et Nadine Arnaud, script-girl, filme le convoi, le montage du chapiteau, et les numéros de voltige. Une semaine plus tard, la troupe est filmée dans les studios rue Cognacq-Jay à Paris pour les dernières prises de vue. L'émission passe le 5 décembre 1950 à la télévision, ce qui fait du Cirque Lavrat le premier cirque télévisé. Les postes de télévision étant rares à cette époque, les habitants se réunirent chez les uns et les autres pour voir cette émission extraordinaire faite par de jeunes amateurs. Toute la France a pu voir que des garçons de l'Argonne d'Orléans avaient réalisé leur rêve avec peu de moyens. Ce passage télévisé aurait inspiré la future émission "La Piste aux étoiles" qui n'apparaîtra sur les écrans de télévision français que 6 ans plus tard.

Le 3 mai 1951 le cirque s'installe sur un terrain du lieu-dit "Les Groues" à Orléans. Le lendemain, alors qu'une nouvelle représentation était prévue, le chapiteau s'effondre. Cet événement fait suite à une terrible bourrasque de vent dans la nuit. Les représentations suivantes sont maintenues mais réalisées à ciel ouvert grâce à la bonne volonté de la troupe et des habitants du quartier.
La réparation est estimée à plus d'un million de francs. La toile du chapiteau est finalement rafistolée et la troupe reprend la route vers Romorantin-Lanthenay où elle se produit 26 juin, puis, Villefranche-sur-Cher, Selles-sur-Cher, et la côte atlantique, notamment La Rochelle et Les Sables-d'Olonne. Une tempête sur une plage de l'Atlantique détruit définitivement le chapiteau et sonne le glas du Cirque Lavrat. Les problèmes financiers, les vies professionnelles, familiales et d'artistes ne pouvant être menées de front, la troupe décide de mettre fin à leur aventure de saltimbanques.

En 1954, André Lavrat construit avec Jacques Bernardeau le Rool Boul, un manège forain constitué d'une sphère métallique de 1200 kg qui roule sur elle-même à 200 tours par minute en étant actionnée par des séries de roues mues par un moteur. Dans la première version, les roues étaient disposées sur la plateforme arrière du camion Berlier en cercle autour du Rool Boul. Dans une seconde version, vers 1960, la boule est mue par des roues disposées sur des mâts devant - entre la plateforme et la cabine - et derrière. L'accès n'est plus autorisé au public mais un cosmonaute, Guy Courtois, y prend place. Lors d'une représentation sur une place de Bourges, un incident technique fait craindre à André Lavrat que la boule ne quitte son logement et ne s'écrase sur le public. Confronté à des problèmes de rentabilité - les badauds avaient trop peur d'entrer dans la machine - le Rool Boul sera remisé. Il sera exploité une dernière fois lors d'une émission de FR3 intitulée "Cosmonautes en péril. Au secours ! Terre ! Aidez-nous !" à l'occasion d'un premier avril. Le Rool Bool sera finalement exposé sur le rond-point devant la galerie d'André Lavrat, à Saran.

Le renouveau du cirque avec les Camillos puis les Cosonas :

Le cirque renaît presque dix ans après ses premiers pas, vers 1956-1957, avec Les Camillos puis Les Cosonas, hommes volants. André Lavrat s'est installé en octobre 1956 au Domaine de la Tuilerie à Saran, lieu qui sera communément appelé "La Ferme" ou "Le Paradis". Il y loge dans une caravane avec sa femme Simone et la soeur de celle-ci, Jeannette. Guy et Micheline Courtois, nouveaux venus dans la troupe, s'établissent en bord de la route nationale 20. Jacky Pautrat les rejoint. La caravane des épisodes précédents est restaurée et identifiée au nouveau nom de la troupe : Les Cosonas. Les finances proviennent de la vente de presses à paille construites pour l'entreprise Rousseau. Une voiture publicitaire est créée de toutes pièces au domaine de la Tuilerie à Saran. Jacques Meunier, alors enfant, en dessinera la première esquisse. En 1957 André Lavrat et ses comparses confectionnent une structure métallique et achètent un tremplin élastique ou tremplin américain - le plus grand du monde ! - qu'ils font venir des Etats-Unis pour réaliser des représentations de haute voltige : quadruple saut avant et arrière, triple saut arrière et fantaisies ahurissantes. En 1958 Guy et Micheline Courtois achètent un chimpanzé provenant de Conakry, en Guinée. Ils le prénomment Jojo. Après le décès de celui-ci vers 1959 suite à une broncho-pneumonie, un nouveau chimpanzé fait son apparition dans la troupe : Baby, que les Courtois sont allés chercher à Saint-Jean-Cap-Ferrat en mars 1960. Il sera revendu à un zoo quand le cirque s'arrêtera.

La caravane est remise en route à travers la France. Guy Deschamps s'occupe de la publicité de la troupe. En 1957, des représentations sont proposées sur les plages de l'Atlantique et notamment aux Boucholeurs à Chatelaillon-Plage où André Lavrat avait une maison, puis, la troupe parcours ensuite la région Centre. Le spectacle est programmé à Montmorillon, Châteauroux, Déols (place Voltaire les 5 et 6 août 1958), Baudres (15 août 1958), puis à Tours pour trois jours. La troupe y restera trois semaines jusqu'au 1er septembre 1958. Les dates s'enchaînent ensuite notamment au Carré Saint-Vincent à Orléans le 16 septembre 1958. La caravane du nouveau cirque Cosonas s'engage également sur les routes de Normandie lors de tournées en 1958 et 1959. En passant par Chartres et Dreux, les joyeux drilles proposeront leur spectacle à Fécamp, Le Havre, Saint-Aubin-sur-Mer, Le Tréport et Dieppe. L'un des spectacles phare est le numéro de tête-à-tête musical lors duquel Jacky Pautrat joue de la trompette à l'envers sur la tête d'André Lavrat qui joue du saxophone sur l'air du Carnaval de Venise. Jacky Pautrat poursuivra ses numéros avec Manuel da Silva, un acrobate portugais à la réputation bien faite.

La Piste fantastique :

En 1960, la caravane est redécorée au nom de La Piste fantastique. Pendant deux années encore la troupe parcours la France, avant de s'arrêter définitivement en 1962.

Les numéros et troupes :

Jany et Gil - Swings cyclistes
Les Rodelger's - Trio d'acrobates
Les frères Bernardus - Clowns comiques - Jacques et Jean Bernardeau
Le professeur Rismo (Rys-Mo) - Prestidigitateur
Les Cras Manos - Burlesques Cascadeurs
Les frères Goin-Cass ou Coins Gass - Clowns comiques et présentation d'un formidable robot - André et Maurice Gascoin
Tony et Choufleur - Clowns Les Rois du Rire - Jacques et Jean Bernardeau
Les Déguys - Acrobates burlesques - André Lavrat et Guy Lacour
Les Ludeals et Eudé'Als - Lucien Delahaye et Albert Auger
Les Bagalas - Sauteurs marocains
Vranot - Equilibriste musicien
Ad' Gill - Jongleur cycliste - Guy Lacour
Lozani - Fil-de-fériste
Le Cheval à Mickey - Equitation humoristique
Carlys - Audacieux trapézistes
La Fantaisie Chinoise
Les Camillos - Equilibristes
Les Cosonas - Troupe d'acrobates (Cascadeurs, musiciens, jongleurs, équilibristes, etc?)
Les Greltonn - Trio aérien funambule
Les Plastos - Equilibristes du main à la main
Les Eolas - Voltigeurs aériens

Art, Evénementiel