Affichage détaillé (Collectivités, personnes & familles)


Lavrat, André (1921-2010)

19/12/1921 - 20/01/2010

Personne

André Lavrat fut à la fois gymnaste, funambule, directeur de cirque, tôlier, chaudronnier, créateur d'un manège forain, ferronnier d'art et sculpteur. Un hyper-créatif aux multiples vies. Il fut le saltimbanque emblématique du quartier de l'Argonne à Orléans dans les années 1950 en créant un cirque renommé et en développant les fêtes de quartier. Il eut son heure de gloire en traversant la Loire sur un fil de fer, avant de devenir l'artiste reconnu par sa maîtrise de l'art du feu dans la sculpture.


Eléments d'état civil :
André Lavrat naît le 19 décembre 1921, route de Villevaude, à Fleury-les-Aubrais (Loiret, France). Il est le fils de Elie Emile Lavrat, conducteur électricien à la SNCF, qui sera également adjoint au Maire d'Orléans, et de Berthe Mémeron. Ils habitent alors rue Auguste-Rolland, à Fleury-les-Aubrais.
André Lavrat se marie une première fois le 22 septembre 1945. Il s'installe alors dans le quartier de l'Argonne à Orléans. Il est chaudronnier et ouvre une tôlerie 24, rue du Fil-Soie.
André Lavrat décède le 20 janvier 2010.

Formations et distinctions honorifiques :
Dans sa jeunesse, André Lavrat multiplie les prix d'excellence :
- 1er prix de dessin au cours de dessin géométrique en première année B à l'Ecole Régionale des Beaux-Arts en 1935,
- 1er prix de chaudronnerie à l'Ecole Régionale des Beaux-Arts en 1936,
- Prix d'honneur de 100 francs en dessin de chaudronnerie à l'Ecole Régionale des Beaux-Arts en 1937,
- 2ème prix de chaudronniers de troisième année (cours de M. Sautereau) à l'Ecole Régionale des Beaux-Arts en 1938.

Gymnaste engagé chez les pompiers de Paris :
André Lavrat est champion de gymnastique au Cercle Michelet et champion Junior de l'USGTL en 1939. Pour éviter le Service de Travail Obligatoire instauré en 1942, il s'engage dans les pompiers de Paris. Après avoir fait ses classes à Dupleix, il est affecté à la caserne Rousseau où il tente de continuer à s'entraîner à la gymnastique. Il rejoint ensuite Gilbert Duchemin, gymnaste international, à la caserne de Champerret. Il s'entraîne alors à Puteaux avec le champion de France Raymond Dot. Il passe par ailleurs l'examen de tôlier pour accéder à la Compagnie Hors rang et être affecté à l'atelier. Lors d'une compétition à Saint-Maur, il se blesse à la barre fixe. Victime d'une luxation du coude mal soignée, il en sera gêné toute sa vie. Réformé des pompiers de Paris, il est écarté de la gymnastique qu'il aurait aimé poursuivre. Il revient à Orléans et retourne tout de même au Cercle Michelet pour continuer la pratique.

Gymnaste et directeur de cirque :
Alors qu'il demeure encore à Fleury-les-Aubrais, André Lavrat fait partie du trio acrobatique "Les Ludé'als" aux côtés de Lucien Delahaye et Albert Auger. Il s'engage ensuite aux côtés de Guy Lacour, dit Guyton, dans la troupe d'acrobates burlesques "Les Déguys".
Après 1945 et son installation dans le quartier de l'Argonne, il rencontre André Gascoin. Celui-ci, à son retour d'Allemagne où il était au titre du Service du Travail Obligatoire (STO), avait mis en place avec son frère Maurice un numéros de clowns musicaux dénommés "Les Goins-Cas" ainsi qu'un numéro de prestidigitation mené par le "Professeur Rismo" ou "Rys-Mo". Cette troupe se produisait dans diverses soirées. On les retrouve notamment le 6 septembre 1947 lors du Gala de l'Etoile de l'Argonne organisé par le Comité des fêtes du quartier de l'Argonne au profit de l'arbre de Noël des enfants du quartier.
Parallèlement, André Lavrat fait connaissance de jeunes, doués pour l'acrobatie avec lesquels il monte un spectacle de sauteurs "marocains" qui se dénomment "Les Bagalas". Le spectacle égale alors celui des troupes nord-africaines. En 1949, "Les Bagalas" sont d'ailleurs sélectionnés pour le Congrès international de gymnastique et se produisent ainsi devant le roi Mohammed V à Casablanca, au Maroc.
Vers 1948, André Lavrat, les frères Gascoin et 7 autres jeunes du quartier de l'Argonne décident de monter un cirque. La plupart pratique la gymnastique au Cercle Michelet, installé dans le quartier des Aydes, rue des Ecoles.
Le Cirque deviendra le Cirque Lavrat et obtiendra une renommée qui dépassera non seulement les frontières du quartier mais aussi celles de la ville d'Orléans.

Le funambule :
Après les déboires connus par son cirque en 1951, André Lavrat s'entraîne au saut périlleux sur un fil de fer. Après un entrainement de 3 ans, il vise le double saut périlleux sur un fil et l'équilibre sur un seul bras sur fil de fer. Malheureusement, la blessure datant de son service dans les pompiers de Paris le limite dans ce dernier exercice.
Il assure néanmoins des spectacles de funambule l'été, notamment des traversées de la Loire de berge à berge sur un fil tendu. Ainsi, le 8 mai 1952, à l'occasion des fêtes de Jeanne d'Arc, il traverse le fleuve à Orléans au niveau du pont George-V, sous une pluie battante et un léger vent. Le câble se dérobe sous ses pieds. André Lavrat se rattrape comme il peut, casse son balancier, mais termine sa traversée. Le 20 juillet 1952, à Meung-sur-Loire (Loiret), au lieu-dit "Le bout du Monde", il traverse la Loire sur 400 mètres, à 12 mètres de hauteur en 13'11"08"'. Le 23 juillet 1952, le journal "France-Soir" annonce en première page, photo à l'appui, "L'exploit sensationnel du funambule André Lavrat qui, à Meung, a parcouru 400 m sur un fil de fer au-dessus de la Loire". Le 21 août 1955, il traverse le fleuve à Sully-sur-Loire (Loiret).
Il devient le troisième homme référencé au monde à faire le saut périlleux sur un fil et le tout premier à avoir traversé la Loire sur un fil.
Pour ces traversées, André Lavrat demande à Hubert Meunier de lui fabriquer des chaises. Le directeur d'un garage lui prête une traction sur laquelle il fera peindre "Cette voiture est offerte par le garage Saint-Martin à André LAVRAT pour sa traversée de la Loire sur un fil le 8 mai 1952 à 19h". Avec 100 pots d'échappement peints en rouge, il réalise des tirelires pour collecter des fonds afin de financer son nouveau cirque, les Cosonas, qu'il emmènera en tournée en 1957. L'entrée est à 100 francs.

Le sculpteur :
André Lavrat est l'inventeur en 1962 de l'art du fer en fusion. Il devient le premier sculpteur à utiliser la soudure pour la décoration de ses oeuvres et dépose un brevet à ce sujet.
Le 2 janvier 1958, André Lavrat immatricule, au Registre du commerce et des société (RCS), la société "Monsieur André Lavrat" / "Art du Fer en Fusion" spécialisée dans la fabrication d'articles métalliques. Cette société sera radiée le 2 décembre 2011 suite au décès d'André Lavrat.
Au début des années 1970, il collabore avec Roger Toulouse.
Parmi ces oeuvres, on peut citer :
La sphère, créée en 1955 et qui évoque le Rool-Boul
Le Coq (aire de Gidy, Autoroute A10)
Le Nid (Carvin, France)

L'histoire d'une vie faite pour le cinéma ?
André Lavrat rencontre l'écrivain Marcel Aymé, la scénariste Annette Wademant et Raymond Rouleau, acteur-réalisateur, pour un projet de film. Le comédien Yves Montand y jouerait le rôle d'un lutteur de foire qui, à la mort de son père, construirait un manège sur le modèle du Rool Boul d'André Lavrat. Mais la rencontre va faire évoluer le projet. En entendant le récit de la vie d'André Lavrat, Raymond Rouleau souhaite s'en inspirer pour écrire son scenario. Yves Montand incarnerait André Lavrat. Mais le projet ne verra cependant pas le jour.

Art, Sport, Evénementiel
Notices / fiches liées

Cirque Lavrat (1949-1962)

association

André Lavrat est l'un des fondateurs du Cirque Lavrat et son directeur.

Toulouse, Roger (1918-1994)

association

André Lavrat et Roger Toulouse collaborent dans le cadre de leurs activités artistiques.