Affichage détaillé (L'EncyclO : lieux & édifices d'Orléans)


Orléans. Les Champs-Elysées - Statue de Fernand Rabier (AMO, 2Fi878).La Paternelle : agence d'Orléans, 5, rue Alsace-Lorraine (Place Halma-Grand) (AMO, 2Fi1211)

Buste de Fernand Rabier

1935-2099

Orléans

Christelle Bruant, Archives municipales d'Orléans.

Fernand Rabier fut, entre autres, député du Loiret de 1888 à 1919, maire d’Orléans de 1912 à 1919 et sénateur de 1920 à 1933. Dès son élection à la tête de la municipalité, il œuvre, entre autres, pour l’aménagement du quartier de l’Etape, situé sur le flanc Nord de la cathédrale Sainte-Croix.

Lorsqu’il décède le 15 avril 1933, le nouveau quartier est en voie d’achèvement. En accord avec la famille, la municipalité organise un comité pour l'érection d'un monument à la mémoire de Fernand Rabier chargé de lever des fonds par le biais d'un souscription publique. Dans sa séance du 17 juillet 1933, le Conseil municipal d’Orléans vote une subvention de 2 500 francs à attribuer au Comité. Il est précisé « qu’il s’agira d’une œuvre d’art, destinée à embellir une place de la Cité en rendant en même temps hommage à un grand serviteur de la Ville d’Orléans ». Malgré certaines contestations, le 27 mars 1935, la municipalité choisit d’aménager spécialement un square sur la place Halmagrand, à l’aboutissement de la rue Fernand-Rabier, afin d’accueillir le buste en bronze de l’ancien édile. La subvention de 2 500 francs est mandatée au nom de Jean Zay, député du Loiret, trésorier du Comité chargé de l’érection, membre de la même loge maçonnique que Fernand Rabier. Plus d'une centaine de souscripteurs participent dont Albert Lebrun, président de la République ou encore de nombreux députés et sénateurs ainsi que des commerçants et anonymes. Le bronze est commandé à Charles Million, artiste orléanais.

Moins de 10 ans plus tard, dans une circulaire préfectorale du 20 octobre 1941, l’Etat français préconise l’enlèvement « des statues et monuments en alliages cuivreux sis dans les lieux publics et dans les locaux administratifs et qui ne présentent pas un intérêt artistique ou historique » afin qu’ils soient fondus et récupérés dans le cadre de l’effort de guerre. Le poids du buste en bronze de Fernand Rabier, réalisé par Charles Million, est estimé à 150 kg. Il n’en pèse en réalité que 43. La commission départementale en charge de l’enlèvement des statues juge que le buste peut être remplacé par un monument en pierre. Le buste d’origine est donc enlevé en février 1942 pour envoi à la fonte.

Après la Libération, il est question de remplacer le buste disparu par une oeuvre identique. Le projet n'aboutira pas immédiatement. En 1951, une réplique en pierre, également réalisée par Charles Million, est finalement installée sur le socle d’origine.

Emplacement :

Architecture, Art
Statue

Aucun commentaire