Accueil > Histoires d'Orléans > L'EncyclO > Lieux & édifices > Château de la Chênaie

L'EncyclO

Affichage détaillé (L'EncyclO : lieux & édifices d'Orléans)


Château de la Chênaie, façade sud (AMO, 2Fi 1146)Château de la Chênaie, vue depuis les jardins à l'ouest (AMO, 2Fi 567)Visite de l'école régionale de police, 48 rue des Montées, par le préfet, 28 janvier 1943 (AMO, 3Fi1208).

Château de la Chênaie

1600-2099

Orléans

Emilie Roux-Capron, Pôle d'Archéologie de la Mairie d'Orléans

Le château encore visible aujourd'hui remplace un bâtiment plus ancien dont l'origine semble remonter au début du XVIIe siècle. Il est figuré sur le cadastre de 1823.

En vente en 1770, le château est alors décrit, dans les Annonces orléanaises, comme une "... grande et belle maison de plaisance... avec chapelle, colombier, cour, basse-cour, remises et écuries, potager. Très beaux espaliers et grande allée de charmille et d'ormes qui conduit au bras de la rivière du Loiret, avec droit de pêche et de bateau...". Quelques années plus tard en 1775, François Loyre, juge au tribunal du district, achète le domaine. Il le cède probablement en 1793. Il semble que le château soit alors laissé à l'abandon et la propriété divisée en au moins deux parcelles.  

En 1881, quand le château est racheté par Jean-Jacques Cléret, industriel parisien, il semble en ruines. Dans les années suivantes, Jean-Jacques Cléret achète les parcelles immédiatement au sud jusqu'au n°48 de la rue des Montées, qui correspond au château de la Petite Chênaie. Il semble que l'acquisition des différentes parcelles du château soit progressive entre 1881 et 1886, ce qui a occasionné plusieurs confusions dans l'enregistrement administratif, notamment les fiches auxiliaires cadastrales. A partir de 1886, Jean-Jacques Cléret fait construire à l'emplacement de l'ancien château de la Chênaie, un château de style néogothique et néorenaissance encore visible aujourd'hui. Les travaux, sous la direction de Jacques Boussard sont terminés en 1898.

Au décès de Jean-Jacques Cléret, dans les années 1920, son fils Marcel hérite du château et de la propriété. Il achète en 1928, la propriété du n° 46 rue des Montées où il installe une usine de fabrication de charcuterie en gros et de conserves alimentaires. Celle-ci fermera en 1957.

Le château de la Chênaie est occupé à partir de 1940 par l'Oeuvre des camps de vacances de la Fédération nationale des Jeunesses Laïques et Républicaines, puis, en 1942, par l'Oeuvre des camps de vacances de la Compagnie des wagons-lits. En 1943, il est fait mention de l'Ecole Nationale de Police. Le château est acheté, ainsi que la parcelle au sud qui comprend le château de la Petite Chênaie, en 1949 par la Caisses d'Allocations familiales du Loiret.

Il est transformé au début des années 2000 en résidence en copropriété.

Emplacement :

Architecture
Habitat


Espace personnel