Les mairies de proximité

Les mairies de proximité sont nées de la volonté de rapprocher l’administration de ses administrés, afin de faciliter leur vie quotidienne.

La création de la première mairie annexe est liée à l’urbanisation de La Source. Après avoir fonctionné dans des classes démontables, les services municipaux sont installés en 1966 dans un bâtiment préfabriqué implanté à proximité de la résidence Beauchamps. En 1969, ils déménagent dans des appartements de l’Office municipal d’H.L.M., allée Camille-Flammarion. Enfin, le 10 juin 1981, est inaugurée la mairie actuelle, aménagée dans des lots achetés à la Société Anonyme d’H.L.M. du Loiret dans la résidence Montesquieu, place Choiseul.

Fin 1982, le terme de « mairie de quartier » remplace celui de « mairie annexe ».

Plusieurs mairies sont mises en service :

  • 17 décembre 1982 : ouverture de la mairie de quartier Saint-Marc – Argonne.
  • 15 février 1983 : ouverture de la mairie des Blossières
  • 25 février 1983 : ouverture de la mairie de Saint-Marceau
  • En 1988, une nouvelle mairie voit le jour dans le quartier de la Madeleine.

En 2002, dans le cadre de la démarche de démocratie de proximité entreprise par la municipalité, les mairies de quartier prennent le nom de mairies de proximité.

Une dernière mairie est ouverte dans le centre, place de la République, en février 2003, pour compléter le maillage de la ville. Dernière née des mairies de proximité, elle est installée dans un immeuble ancien entré dans le patrimoine de la commune en 1935.

Au début du XXe siècle l’immeuble est occupé par un commerce de cuirs et articles de cordonnerie. En 1907, sa façade est démolie puis reconstruite et prend alors son aspect actuel avec briques blanches et balcons en fer forgé. Divers magasins s’y succèdent :  fourrures, puis bonneterie et mercerie et enfin articles et matériel de bureau.

En 1935, la propriétaire, veuve d’un ancien conservateur de musée, fait don de l’immeuble à la ville pour qu’elle l’affecte à l’agrandissement du musée. Cette clause ne sera pas respectée : les collections hébergées dans l’hôtel des Créneaux seront réinstallées ailleurs dans des équipements plus fonctionnels.

En 1974, le dernier bail commercial est résilié. Le bureau d’hygiène, service municipal aujourd’hui disparu, s’installe dans le bâtiment de 1976 à 1996.

En 2002, les associations qui occupaient temporairement l’immeuble le libèrent. La dernière née des mairies de proximité ouvre ses portes le 1er février 2003.

517_1_img.jpg518_1_img.jpg519_1_img.jpg520_1_img.jpg521_1_img.jpg522_1_img.jpg523_1_img.jpg524_1_img.jpg525_1_img.jpg526_1_img.jpg528_1_img.jpg529_1_img.jpg530_1_img.jpg531_1_img.jpg527_1_img.jpg