Affichage dtaill (L'EncyclO : lieux & difices d'Orlans)


Crédit Lyonnais, place du Martroi (AMO, 2Fi1681)Crédit Lyonnais, 7, place du Martroi : vue de la façade. L. Cherret (AMO, 2Fi221).Fêtes de Jeanne d'Arc, cérémonie militaire place du Martroi : au premier plan, le général Ferré à cheval et les "drapeux du 5e corps" ; au second plan, des panneaux publicitaires cachant le Crédit Lyonnais en construction et le café Choinet. (AMO, 2Fi1016

Crdit Lyonnais

1912-2099

Orléans

En 1881, le Crédit Lyonnais ouvre une succursale 53 place du Martroi et 1 rue Bannier en plein coeur d'Orléans. En 1895, il déménage pour s'installer dans un immeuble 7 place du Martroi, à proximité de l'église Saint-Pierre-du-Martroi. Dans les années 1910-1912, il fait un édifier un imposant bâtiment au même endroit. Dans un souci constant d'améliorer et développer les services bancaires et financiers envers la clientèle, une extension à l'architecture moderne est construite au milieu des années 1970 à l'angle de la rue Saint-Pierre-du-Martroi et de la place du Martroi.

Vronique Mignan, Archives municipales d'Orlans

D’une simple succursale 53 place du Martroi…

En octobre 1881, le Crédit Lyonnais implante une succursale, en plein cœur d’Orléans, à l’angle de la place du Martroi et de la rue Bannier. Un article du Journal du Loiret en date du 3 novembre 1881 relate son ouverture, en détaillant les services et opérations proposés à la clientèle : escompte, recouvrement, dépôts de fonds, ordres de bourse, prêts sur titres, transport de fonds etc. L’agence est dirigée par Albert Berton jusqu’en 1889 puis par M. Ligez jusqu’en 1894.

Selon les annuaires, dans ce même immeuble du 53 place du Martroi, outre les guichets et bureaux du Crédit Lyonnais, sont établis au 1er étage l’horloger Bataille fils et la bijoutière Mme Veuve Bataille-Delrieu. Henri Delaugère et M. de l’Hôpital sont cités également comme propriétaires.

… à un majestueux établissement 7 place du Martroi

Le rapide développement des affaires bancaires et financières nécessite un agrandissement des locaux. Par conséquent le transfert de l’agence est opéré sous la conduite du directeur Albert Castang. L’implantation retenue est à nouveau la place du Martroi, considérée comme un emplacement stratégique par de nombreuses banques. Le 28 janvier 1895, le Crédit Lyonnais ouvre sa nouvelle agence 7 place du Martroi dans un immeuble du 18e siècle, où jusqu’alors résidait la famille Magot, marchand en draperie. Le bâtiment en impose avec sa grande porte et son fronton majestueux entouré de deux sculptures féminines. Sur la façade, le nom du Crédit Lyonnais est gravé dans trois cartouches.

Le Crédit Lyonnais poursuit son essor dans la capitale du Loiret. Aussi, au tournant des années 1909-1910, la décision est prise d’édifier un nouveau bâtiment aux proportions plus imposantes. Les Archives municipales d’Orléans conservent les plans d’un premier projet dû à André Narjoux, architecte du Crédit Lyonnais. Le Grand Café de Chartres qui faisait l’angle 11 place du Martroi est démoli pour laisser place à ce nouvel édifice bancaire. Les cartes postales conservées par les Archives municipales permettent de voir la progression des travaux de construction au cours des années 1911-1912.

Désormais, s’élève un immeuble imposant et prestigieux, tout en calcaire blanc. Sa façade offre au regard des passants une porte monumentale, de grandes baies vitrées, un immense œil-de-bœuf au-dessus du cartouche mentionnant « Crédit Lyonnais » en lettres dorées. Le fronton est entouré d’une guirlande de fleurs et au milieu, le cartouche indique « fondé en 1863 », rappelant l’année de création de la banque lyonnaise. Son architecture s’apparente au « style banque » typique des années 1900 à l’instar des banques construites à cette époque comme la Banque de France (1901) et la Société Générale (ca 1900), situées toutes deux rue de la République ou bien la Caisse d’Epargne (1910), rue d’Escures.

Puis c’est au tour de l’immeuble qu’il occupait jusqu’alors, côté nord, d’être démoli afin de poursuivre la construction du nouvel édifice, comme le montre une carte postale de l’époque, avec la présence des échafaudages.

L’adresse ne change pas : c’est toujours 7 place du Martroi. La fiche auxiliaire cadastrale nous renseigne sur la répartition des locaux. Le rez-de-chaussée est composé d’un vaste hall d’accueil et de trois pièces pour les bureaux de la direction. Au premier étage, deux grandes salles sont attribuées aux employés tandis qu’au deuxième étage, deux grandes salles sont destinées aux archives. Trois salles occupent le sous-sol. 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Crédit Lyonnais n’est pas touché par les bombardements, cette partie de la place du Martroi étant épargnée.

1973-1976 : l’extension moderne

Dans les années 1960-1970, la croissance économique des Trente Glorieuses entraîne une évolution et expansion des services et opérations bancaires. Aussi, de 1973 à 1976 le Crédit Lyonnais entreprend à la fois d’importants travaux d’extension et de rénovation intérieure du bâtiment Belle Epoque. L’architecte orléanais de la banque, M. Bouhier de l’Ecluse, conçoit une extension de trois étages pour des bureaux et de deux sous-sols dévolus au local archives, au local technique, aux vestiaires et sanitaires. Situés à l’angle de la rue Saint-Pierre-du-Martroi, les bâtiments vétustes utilisés comme bureaux et garages sont démolis. C’est l’entreprise orléanaise Pagot qui a la charge du gros œuvre. Lors du creusement des fondations du futur bâtiment, les vestiges de la tour du Heaume, édifiée au 14e siècle, sont mis à jour et préservés depuis lors dans les sous-sols de l’établissement bancaire. Depuis 1976, un immeuble de bureaux résolument moderne avec une façade alliant la pierre et le verre est accolé à l’édifice construit à la Belle Epoque. 

 

 

 

 

 

Emplacement :


Aucun commentaire