Affichage dtaill (L'EncyclO : lieux & difices d'Orlans)


Orléans (Loiret). Vue générale et pont Maréchal Joffre (AMO, 2Fi2556)Pont Maréchal-Joffre : au premier plan, le pont et des voitures ; en arrière-plan, la rive droite dont l'hôpital, rue Porte-Madeleine. (AMO, 3Fi606, cliché R. Burgevin)

Pont Marchal-Joffre (1958-2099)

1958-2099

Orléans

En juin 1940, le pont Maréchal-Joffre est miné par l'Armée française. Ses arches s'effondrent, ne laissant que les piles émergées de l'eau de la Loire. La reconstruction de l'édifice fait débat. A la fin des années 1950, l'Etat décide finalement que la nationale 20 ne passera plus sur le pont George-V. A cette fin, un nouveau pont doit être construit. En 1958, le nouveau pont Maréchal-Joffre est inauguré.

Christelle Bruant, Archives municipales et mtropolitaines d'Orlans.

1940 : l’ancien pont est détruit

Le 16 juin 1940, en pleine retraite française, l’armée mine le pont. Du fait sa structure, une arche en entraîne une autre. Aussi, le tout s’écroule tel un « château de cartes ». Pendant de nombreuses années, seules les piles couchées en Loire s’offrent au regard des Orléanais. Dès 1947, de nouveaux pourparlers s’engagent mais l’Etat ne voit pas la nécessité de reconstruire l’ouvrage. Finalement, la décision est prise dix ans plus tard parallèlement à celle de déplacement de la nationale 20 du pont George-V vers le pont Maréchal-Joffre.

1958 : la renaissance

Les travaux débutent en 1956. Le nouveau pont Joffre à charpente métallique, imaginé par l’entreprise Baudin, est inauguré en décembre 1958. Les véhicules y circulent un an plus tard. Rapidement, le trafic s’intensifie. Au nord, la bretelle d’accès est créée. Au sud, le débouché est aménagé. Surtout, en 1971, et afin de faciliter la liaison avec le quartier de La Source, les voies dont doublées grâce à l’élargissement du tablier qui passe de 9 mètres à 12 mètres de large. Pour cela, il n’aura suffit que d’une nuit de travail !

Emplacement :

Voirie

Aucun commentaire