Accueil > Actualités > Actualités archivées > 2015 > Orléans : été 1915

Actualités

Orléans : été 1915

Henri Soudé (AMO, Fonds Soudé)

Henri Soudé témoigne

La mise en ligne des correspondances et cahiers de l'Orléanais Henri Soudé se poursuit avec la publication durant l'été des documents couvrant la période du 7 juillet au 6 octobre 1915.

Henri Soudé condense dans ses notes les principales nouvelles lues dans les journaux, et en particulier Le Républicain Orléanais, ainsi que dans les dépêches officielles placardées en ville. De là, il donne son avis sur la politique du gouvernement et également sur la religion et en particulier, la position du Pape. Il rapporte ainsi la manière dont sont évoqués le premier anniversaire de l'entrée en guerre ou encore les appels pour le don ou l'emprunt d'or qui sont lancés à la population civile.

Sur le plan local, les cahiers sont parsemés d'anecdotes très révélatrices du climat qui règne à Orléans. En juillet 1915, il évoque les femmes qui ont remplacé les garçons de café, rue de la République. Il parle de la pénurie de monnaie et de l'augmentation des prix. Le 19 juillet, il raconte et décrit l'installation du camp de prisonniers allemands aux Groues. De sa maison située rue de la Gare, en septembre, il cite "les autos continuent à voiturer les blessés de la gare aux ambulances de la ville".

Sur le plan des manifestations publiques, il raconte la messe donnée à la cathédrale pour la fête des Belges, les distributions de prix aux élèves du Lycée d'Orléans ou encore la pose de la plaque souvenir sur la maison natale de Charles Péguy, rue du Faubourg-Bourgogne.

En dehors des nouvelles de ses proches, dont son fils Lucien, blessé puis réincorporé, Henri Soudé rapporte les nouvelles du front qu'il obtient grâce à la correspondance entretenue avec les anciens camarades de son fils Ambroise, disparu puis porté Mort au Champ d'Honneur depuis octobre 1914. Il rapporte également ses visites aux blessés convalescents dans certains hôpitaux orléanais, notamment celui situé dans la propriété de la Pomme de Pin ou celui situé dans le lycée de la rue Dupanloup (actuel collège Jeanne-d'Arc).

Pour la première année de guerre, il constitue également plusieurs tables chronologiques retraçant les événements qui l'ont sans doute le plus marqués.

 

Accéder aux cahiers numérisés

Aucun commentaire


Espace personnel