Accueil > S'orienter dans les fonds > Nos fonds d'archives > Fonds de la Ville d'Orléans > Archives anciennes > Historique détaillé

S'orienter dans les fonds

Historique détaillé

Pendant le 19e siècle, les archives antérieures à la Révolution, en désordre et très peu exploitées, sont conservées à l'Hôtel Groslot, siège de l'hôtel de Ville. A la suite de la délibération du 2 mai 1835, une partie de ces archives anciennes n'ayant plus d'intérêt administratif, est déposée à la Bibliothèque municipale.

En décembre 1862, sur l'insistance du Ministre de l'Intérieur, Eugène Vignat, maire d'Orléans, crée un emploi d'archiviste. Dès son arrivée en janvier 1863, Antoine-Adrien-Paul Veyrier du Muraud, archiviste-paléographe diplômé de l'Ecole des Chartes en 1861, commence par dissocier les archives antérieures à la Révolution de celles postérieures à 1790. Il classe ensuite les articles des série AA à EE mais n'a le temps de rédiger que l'inventaire de la série AA qui paraît en 1866. Son travail est poursuivi par François Bonnardot, qui lui succède dans le poste d'archiviste de la Ville d'Orléans. Celui-ci rédige l'inventaire de la série BB. L'inventaire de la série CC est commencé en 1871 par Eugène Merlin, qui succède sur le poste d'archiviste à Jules Rimasson. La série CC est alors estimée comme la plus intéressante et la plus importante des archives anciennes d'Orléans. Lors du départ d'Eugène Merlin, la municipalité décide de confier la poursuite du classement à Jules Doinel, archiviste du Département du Loiret. Celui-ci, ne jugeant pas le travail d'Eugène Merlin satisfaisant, refond et complète plusieurs articles de la série CC. En 1891, il publie, sous forme de fascicules, l'inventaire partiel de cette série. Avant son départ en 1896, il rédige les inventaires des séries DD, EE, FF. Camille Bloch, archiviste-paléographe qui lui succède, rédige l'inventaire des séries HH et II. Il complète les différentes séries de suppléments constitués de pièces retrouvées et non rangées dans leurs séries respectives.

Le 31 janvier 1905, le premier tome de l'Inventaire sommaire des archives communales antérieures à 1790 est publié. Il comprend l'analyse des dossiers et pièces des séries AA, BB, CC, DD, EE, FF, HH, II et des suppléments qui complètent chaque série. L'inventaire de la série GG, qui concerne les registres paroissiaux, sera réalisé ultérieurement

Par la suite, les circulaires du Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts du 27 octobre 1919 et du 20 avril 1920 recommandent aux municipalités de déposer aux Archives départementales les documents n'étant plus d'une utilité courante. En parallèle, dans son rapport du 31 décembre 1919, Jacques Soyer, archiviste départemental, indique que les archives anciennes de la ville sont conservées dans de mauvaises conditions sous les combles de l'hôtel de ville. Il propose au Maire d'Orléans de transférer les archives anciennes n'ayant plus d'intérêt administratif courant dans les locaux des Archives départementales. Il précise qu'elles seront dans "un logement digne d'elles et sous une surveillance constante de la part d'un fonctionnaire" et qu'il s'agira d'un "simple dépôt et non pas d'un changement de propriétaire". C'est pourquoi en août 1920, la ville d'Orléans transfert ses archives anciennes aux Archives départementales qui les stockent dans l'ancienne Chapelle des Minimes, rue d'Illiers. En 1921, des archives datant de 1789 à 1815 sont à leur tour déposées aux Archives départementales.

Alors que l'éclatement d'une seconde guerre mondiale menace, le directeur des Archives du département du Loiret décide de transporter des caisses d'archives anciennes dans les châteaux de Combreux et de l'Emérillon. En plus de certains fonds précieux du département, il fait également mettre à l'abri une partie des archives anciennes de la Ville d'Orléans. Mais faute de temps et de crédits, il ne peut faire emmener tous les documents alors présents rue d'Illiers. En juin 1940, suite aux bombardements d'Orléans, le bâtiment des Archives départementales du Loiret brûle. La majorité des archives anciennes de la ville qui y sont déposées sont détruites. Seuls les documents évacués antérieruement sont épargnés.

En 1977, un répertoire numérique détaillé des documents des séries AA à FF, HH et II des archives communales antérieures à 1790 déposés aux Archives départementales et non détruites en 1940 est dressé par Rosine Cleyet-Michaud, conservateur aux Archives départementales du Loiret.

Les archives anciennes de la Ville d'Orléans subsistantes sont actuellement toujours en dépôt aux Archives départementales du Loiret.


Espace personnel