Mots de maux

Appel à la Bienfaisance Publique. (AMO, 15Fi85)

Prendre en charge l'épidémie de choléra

Les affiches administratives témoignent des missions de salubrité et d'hygiène publique assurées par une municipalité. Plusieurs spécimens d'affiches évoquent ces problématiques, et notamment sous l'angle de l'enrayement de la propagation des maladies. C'est le cas par exemple en 1832. L'Europe connaît sa deuxième pandémie de choléra-morbus. Paris, située à une heure d'Orléans, est touchée dès le 26 mars, date à laquelle le premier cas est attesté. Dans la capitale, 19 000 victimes sont dénombrées en six mois, autant qu'à Marseille.

Les affiches éditées à Orléans montrent que la municipalité, sous les directives de l'Etat, s'empare du problème dès le 2 avril. Une première affiche indique qu'une commission de salubrité publique est créée. Elle est chargée de rédiger les instructions pour prévenir et atténuer la propagation du choléra. Ces instructions sont imprimées afin que la population puisse en prendre connaissance, notamment par le biais du bouche à oreille puisqu'un certain nombre d'Orléanais ne sait sûrement pas lire à l'époque. 

Dès le lendemain, une autre affiche indique que la ville est désormais divisée en 16 sections. Dans chacune d'elles, une commission de surveillance est établie. L'affiche donne les limites de chaque section et le nom des individus qui composent les commissions de section. Notons qu'il s'agit de citoyens "recommandables par leurs lumières, leur zèle et leur dévouement". Les membres sont chargés de la surveillance des places publiques, des points d'eau, des établissements où sont rassemblés beaucoup d'individus. Ils doivent notamment s'assurer du nettoyage de ces places publiques et de l'aération de ces établissements ainsi que de la surveillance des viandes. Rappelons, en effet, que la maladie se propage notamment par l'eau et les aliments souillés. 

Alors que la maladie touche aussi les Orléanais, la Ville édite deux affiches le 20 avril 1832. La première fait appel à la générosité publique. Elle annonce l'organisation de quêtes à domicile et la réception de dons en nature, en particulier de vêtements, à la Mairie pour les populations indigentes touchées à Paris et dans la cité johannique. La deuxième affiche détaille l'organisation des secours et des mesures sanitaires. Elle évoque la mobilisation des médecins et chirurgiens qui se relaient en permanence 81, rue Royale. Ce bâtiment est aussi le lieu où sont rassemblés les médicaments. On y apprend que des "hommes de service" sont chargés du transport des malades depuis leur domicile. Ils les rassemblent dans la Maison de la Croix (actuel FRAC Centre, boulevard Rocheplatte). Pour finir, l'affiche encourage les Orléanais à ne pas attendre l'apparition des symptômes et à se faire soigner le plus rapidement possible.

En savoir plus sur l'épidémie de choléra à Orléans


Secours Publics. (15Fi95) Création de Commissions de Surveillance Sanitaire. (AMO, 15Fi87) Salubrité Publique. (AMO, 15Fi92)

Dernière mise à jour le 15.11.2018

Aucun commentaire