Accueil > Actualités > Actualités archivées > 2015

Actualités

Actualités 2015

Recensements de population : plus de 14 000 lignes annotées

Le projet d'annotation collaborative avance régulièrement et à un rythme soutenu.

Ecran de saisie et de consultation des contributeurs.

En septembre 2013, l'annotation collaborative des recensements de population était lancée. Un peu plus d'un an a passé et déjà plus de 14000 lignes ont été annotées par les internautes bénévoles !

Le projet est une réussite ! A titre de comparaison, entre septembre 2012 et septembre 2013, les 1700 actes d'engagements militaires avaient fait l'objet d'une annotation complète.

Nous remercions les contributeurs qui travaillent régulièrement et sérieusement à notre projet. Si vous souhaitez participer ou recevoir des renseignements, contactez-nous.

En attendant, n'hésitez pas à chercher dans les premiers dépouillements qui concernent les années 1836 et 1841.

Consulter les recensements de population

@ArchivesOrleans : compte des Archives municipales d'Orléans

Retrouvez l'actualité des Archives sur leur nouveau compte Twitter

Compte Twitter

Janvier 2015. Pour cette nouvelle année, les Archives municipales d'Orléans ouvrent un compte Twitter. Suivez toute l'actualité des mises en ligne en vous abonnant à @ArchivesOrleans.

Accéder à Twitter

2014 : l'heure du bilan

Extrait des statistiques 2014 des Archives municipales

Cotation des boîtes d'archives éliminables

Traditionnellement, en janvier, les Archives municipales d'Orléans dressent le bilan statistique de l'année écoulée. Ces statistiques servent notamment à alimenter le rapport annuel Des Archives en France publié tous les ans par le Service interministériel de France. 

Une fois n'est pas coutume, nous vous proposons de retrouver ici quelques chiffres clés sur lesquels nos visiteurs nous interrogent souvent. Aux Archives municipales, 2014, ce fut, entre autres :

 

  • 1 participation aux Journées européennes du patrimoine
  • 2 expositions d'une durée de 6 mois chacune
  • 3,805 kilomètres d'archives conservées
  • 7 archivistes
  • 100 personnes environ lors de l'inauguration de la rubrique "Commémorations"
  • 176 mètres linéaires d'archives éliminées
  • 201 mètres linéaires d'archives reçues
  • 232 mètres linéaires d'archives inventoriées
  • 256 notices de bibliothèque
  • 321 articles de presse dépouillés
  • 362 chercheurs reçus en salle de lecture
  • 369 recherches par correspondance
  • 453 périodiques catalogués
  • 560 visites en salle de lecture
  • 1 570 documents iconographiques inventoriés
  • 3 255 documents d'archives communiqués en salle de lecture
  • 33 094 vues numérisées
  • 35 775 internautes uniques
  • 59 758 connexions au site archives.orleans.fr
  • 513 519 pages du site archives.orleans.fr consultées

 

 

 

 

 

Opérations de numérisation 2015

Poursuite des travaux de numérisation pour l'état civil et les procès-verbaux du Conseil municipal.

Registres des délibérations du Conseil municipal de 1921 et 1938

A compter du 29 janvier 2015, certains documents seront indisponibles sous leur forme originale en salle de lecture. Il s'agit :

- des registres de naissances de 1914

- des registres de mariages de 1914 à 1923

- du registre de décès de 1923

- des procès-verbaux originaux signés du Conseil municipal pour les périodes allant de 1901 à  1913, de 1921 à 1938, et de 1946 à 1963.

Ces documents font l'objet d'un programme de numérisation financé par la Mairie d'Orléans et la DRAC Centre. Dans quelques mois, ils seront consultables directement sur ce site Internet.

Pour mémoire, les Archives municipales font numériser des documents depuis 2002. A ce jour, près de 300 000 vues ont été réalisées soit moins d'1% des fonds conservés par le service des Archives. La copie numérique permet de préserver les documents originaux des manipulations trop fréquentes qui peuvent leur nuire. Surtout, elle permet une diffusion plus large et facilite l'accès pour tous.

Orléans et les Orléanais dans la Grande Guerre : Henri Soudé témoin de son temps

23 janvier-7 mars 1915 : 4e cahier d'Henri Soudé

Henri Soudé

En 2014, les Archives municipales ont lancé la publication en ligne des 24 cahiers écrits par l'Orléanais Henri Soudé durant la Première Guerre mondiale. En septembre, vous avez pu découvrir les 3 premiers cahiers, c'est-à-dire le récit allant de la fin juillet 1914 au 23 janvier 1915.

Il y évoque la mobilisation, l'entrée en guerre, l'arrivée des troupes anglaises et indiennes à Orléans et surtout, la vie de ses 2 fils au front. Son cadet Ambroise, appelé en religion Frère Ignace, disparaît dès la fin d'août 1914. Sa mort est confirmée par les autorités quelques semaines plus tard. Henri Soudé n'a alors de cesse de chercher à comprendre dans quelles conditions son fils est décédé. Pour cela, il mène sa propre enquête en écrivant aux camarades d'Ambroise. Le fils aîné d'Henri Soudé, Lucien, blessé à la jambe en janvier 1915, revient alors en convalescence à Orléans.

Découvrez dès maintenant la suite de ce témoignage inédit à travers les pages du 4e cahier d'Henri Soudé qui porte sur la période allant du 23 janvier au 7 mars 1915.

Consulter les cahiers et correspondance de la famille Soudé.

Enquête

Usages et usagers des archives et des sites spécialisés : questionnaire en ligne à compléter jusqu'au 30 avril 2015.

Enquête usager

Les Archives municipales relaient ici une enquête menée par une étudiante de Master Information-Communication de l'Université Paul-Valéry de Montpellier. L'objectif est d'étudier les pratiques et usages des lecteurs fréquentant les salles de lectures des Archives départementales et municipales ainsi que les sites Internet de ces derniers.

Quelque soit votre expérience, nous vous remercions d'aider cette étudiante dans sa démarche.La date limite est fixée au 30 avril 2015.

Accéder au questionnaire

Mise à jour du catalogue des périodiques

Une trentaine de titres supplémentaires

Périodiques

En cette fin d'année, le catalogue des périodiques a été mis à jour. Désormais, vous avez accès à la liste des 422 titres conservés par les Archives municipales.

Pour connaître l'état des collections et consulter les documents, rendez-vous en salle de lecture des Archives municipales !

Vous pouvez également nous contacter pour toute question.

Consulter le catalogue des périodiques.

1914-1918 : que le spectacle continue ?

Exposition des Archives municipales visible à partir du 12 novembre 2014 dans les vitrines de la rue Fernand-Rabier et en ligne sur le site.

Programme du 10 mai 1917, salle de L'Alhambra (Couverture, 6S1)

Tandis que beaucoup d’hommes sont absents de leurs foyers, qu’Orléans accueille des Belges, des réfugiés du Nord, des hôpitaux temporaires militaires et que la vie de l’arrière est rythmée par les nouvelles du front, quels sont donc les spectacles et manifestations publiques proposés aux Orléanais ? Comment s’organise la vie culturelle et mondaine ? Quelles influences la guerre a-t-elle sur la programmation ?

Alors qu'aucune étude locale n'a encore été réalisée, les Archives municipales s’interrogent et tentent de répondre en présentant programmes, affiches, cartes postales et correspondances issus de leurs fonds.

Découvrir l'exposition

Annotation collaborative des recensements

1er registre entièrement annoté ! Année 1841, faubourgs d'Orléans.

Recensement : page d'annotations

En septembre 2013, les Archives municipales lançaient l'annotation des recensements de population. A ce jour, près de 20 000 annotations ont été réalisées dans 6 registres par des internautes volontaires, soit 1 000 annotations supplémentaires par mois.

Le registre de recensement de l'année 1841 relatif aux faubourgs d'Orléans est désormais entièrement annoté. Bravo et merci à la contributrice qui a réalisé ce travail. Nous remercions et félicitons également les autres contributeurs qui poursuivent régulièrement la saisie des données dans le but de faciliter la recherche de tous.

 

Participer à l'annotation des recensements ou des registres de délibérations

Consulter les registres annotés

Etat civil : de nouveaux registres en ligne !

L'année 1914 et les mariages jusqu'en 1923.

Registres de retour de numérisation

Pour le plus grand plaisir des généalogistes, les registres d'état civil de l'année 1914, ainsi que les registres de mariages jusqu'en 1923 sont à présent consultables en ligne.

Pour y accéder, cliquez ici

De nouveaux conseils municipaux en ligne

La période 1789-1963 entièrement consultable

Conseil municipal : page de titre

L'opération de numérisation des procès-verbaux du conseil municipal se poursuit. Vous pouvez consulter désormais en ligne la totalité des procès-verbaux de la période 1789-1963.

Pour mémoire, ce fonds est ouvert à l'annotation collaborative. Déjà, l'ensemble des séances et titres de la période 1914-1918 ont été relevés. Le dépouillement des périodes les plus anciennes est en cours. Vous pouvez contribuer à l'annotation en nous contactant.

En 2016, la période 1964-1998 sera numérisée et mise en ligne.

Consulter le fonds

Orléans et les Orléanais dans la Grande Guerre : Henri Soudé témoin de son temps

Les cahiers 5 et 6 d'Henri Soudé en ligne (7 mars-7 juillet 1915)

Famille Soudé

Dans le cadre de la commémoration de la Première Guerre mondiale, la publication des cahiers et de la correspondance de l'Orléanais Henri Soudé se poursuit. Les cahiers et les correspondances de la période allant du 7 mars au 7 juillet 1915 sont désormais interrogeables et consultables.


Accéder au fonds Soudé

1914-1918 : Journal de campagne de Raymond Grégoire

Grande Guerre : témoignage d'un poilu orléanais

Fonds Grégoire

Raymond Grégoire naît à Orléans le 1er décembre 1878. Il y décède le 2 mai 1925, à l'âge de 47 ans, victime des conséquences de son exposition aux gaz asphyxiants sur le front. Il était ingénieur.

Après la Première Guerre mondiale, il crée la première association des anciens combattants laïques du Loiret. A ce titre, il fonde le journal La CravacheDevoir, justice, droit. Bulletin hebdomadaire ouvert aux mécontents (AMO, C2820).

En avril 2015, dans le cadre de la grande collecte, la petite-fille de Raymond Grégoire fait don aux Archives d'Orléans du périodique La Cravache, n°1 à 20 (15 août-14 novembre 1919). Elle donne également le journal de campagne tenu par son grand-père sur le front, agrémenté des photographies qu'il a pu prendre.

Le lieutenant Raymond Grégoire est mobilisé dès le 2 août 1914. Il intègre le 32e Régiment de dragons de Versailles. Il part pour le front le 16 août suivant.

Consulter le Journal de Campagne de Raymond Grégoire

Patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir

Journées européennes du patrimoine : découvrez les Archives municipales le 19 septembre 2015.

Archives municipales - Salle 10

Pour leur 32e édition, les Journées européennes du patrimoine, qui auront lieu les 19 et 20 septembre prochain, seront placées sous le thème « Patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir ». Que lèguerons-nous aux générations futures ? En quoi les créations récentes constituent le patrimoine de demain ? Comment l'évaluation, la sélection, la sauvegarde et la communication des documents du temps présent sont-elles organisées ? 

Le travail de l'archiviste illustre parfaitement le thème de cette année et les questions qu’il soulève. Pour beaucoup, les archives sont "des vieux papiers" qui révèlent un passé méconnu. Mais, l'une des préoccupations quotidiennes de l'archiviste est de collecter les documents administratifs récents produits par les services municipaux afin que, dans un avenir proche ou lointain, ces documents puissent être consultés par tous, sous un angle rétrospectif, historique et patrimonial. Saviez-vous que les Archives conservent déjà des documents du XXIe siècle ?

Si ces questions vous intéressent, venez découvrir le travail des archivistes municipaux et les dépôts des Archives municipales le samedi 19 septembre 2015. Les archives contemporaines y seront à l'honneur. Des documents plus anciens seront présentés en salle de lecture.

 

Groupes limités à 15 personnes (départs toutes les heures pour une visite d'env. 1h ; départs à 9h, 10h, 11h, 13h30, 14h30, 15h30, 16h30).
Réservation vivement recommandée auprès des Archives municipales au 02 38 79 23 69.
 

Laissez-vous conter Orléans : Journées européennes du patrimoine, 19 et 20 septembre 2015 (2,3 Mo)

Affiche des Journées européennes du patrimoine 2015

Orléans, ville fleurie

Mise en ligne de l'exposition de 2008

Concours international de la rose 1999 : Manita (3Fi3208)

Cette exposition, qui avait eu lieu du 10 juillet au 7 octobre 2008 dans les vitrines des Archives, 5 rue Fernand-Rabier, est à présent consultable en ligne pour fêter l'arrivée du Printemps.

Cliquez ici pour la découvrir !

 

Orléans : été 1915

Henri Soudé témoigne

Henri Soudé (AMO, Fonds Soudé)

La mise en ligne des correspondances et cahiers de l'Orléanais Henri Soudé se poursuit avec la publication durant l'été des documents couvrant la période du 7 juillet au 6 octobre 1915.

Henri Soudé condense dans ses notes les principales nouvelles lues dans les journaux, et en particulier Le Républicain Orléanais, ainsi que dans les dépêches officielles placardées en ville. De là, il donne son avis sur la politique du gouvernement et également sur la religion et en particulier, la position du Pape. Il rapporte ainsi la manière dont sont évoqués le premier anniversaire de l'entrée en guerre ou encore les appels pour le don ou l'emprunt d'or qui sont lancés à la population civile.

Sur le plan local, les cahiers sont parsemés d'anecdotes très révélatrices du climat qui règne à Orléans. En juillet 1915, il évoque les femmes qui ont remplacé les garçons de café, rue de la République. Il parle de la pénurie de monnaie et de l'augmentation des prix. Le 19 juillet, il raconte et décrit l'installation du camp de prisonniers allemands aux Groues. De sa maison située rue de la Gare, en septembre, il cite "les autos continuent à voiturer les blessés de la gare aux ambulances de la ville".

Sur le plan des manifestations publiques, il raconte la messe donnée à la cathédrale pour la fête des Belges, les distributions de prix aux élèves du Lycée d'Orléans ou encore la pose de la plaque souvenir sur la maison natale de Charles Péguy, rue du Faubourg-Bourgogne.

En dehors des nouvelles de ses proches, dont son fils Lucien, blessé puis réincorporé, Henri Soudé rapporte les nouvelles du front qu'il obtient grâce à la correspondance entretenue avec les anciens camarades de son fils Ambroise, disparu puis porté Mort au Champ d'Honneur depuis octobre 1914. Il rapporte également ses visites aux blessés convalescents dans certains hôpitaux orléanais, notamment celui situé dans la propriété de la Pomme de Pin ou celui situé dans le lycée de la rue Dupanloup (actuel collège Jeanne-d'Arc).

Pour la première année de guerre, il constitue également plusieurs tables chronologiques retraçant les événements qui l'ont sans doute le plus marqués.

 

Accéder aux cahiers numérisés

Du quartier de l'Etape aux Champs-Elysées d'Orléans

Exposition des Archives municipales visible du 13 mai au 25 novembre 2015 dans les vitrines de la rue Fernand-Rabier et en ligne sur le site.

Travaux du quartier de l'Etape vers 1921 (Coll. particulière)

Pour leur nouvelle exposition, les Archives d'Orléans vous proposent de découvrir une page d'histoire du quartier où elles sont domiciliées.

Il y a 100 ans, en 1915, alors que la Première Guerre mondiale fait rage, la municipalité Rabier adopte le plan d'urbanisme et de voirie qui sera à l'origine de la création du quartier compris entre le transept nord de la cathédrale Sainte-Croix, le Campo Santo, le boulevard Alexandre-Martin et la place de l'Etape.

A cette époque, ce secteur est occupé par une caserne d'artillerie, dénommée caserne de l'Etape ou caserne Duportail, ainsi que par la bibliothèque municipale qui est détruite au printemps 1914. Mais, les travaux de démolition de la caserne et de lotissement seront reportés du fait de la Grande Guerre.

Le quartier, d'influence Art déco, qui s'offre encore aux yeux des passants de nos jours, sort de terre entre 1926 et 1935. A cette époque, le lotissement est baptisé  "quartier des Champs-Elysées d'Orléans" par les aménageurs. Aujourd'hui, cette appellation est peu connue. Les îlots, incarnés par les rues Théophile-Chollet, Fernand-Rabier, Paul-Fourché, Emile-Davoust, Alsace-Lorraine et la place Halmagrand, restent désignés par la plupart des Orléanais sous le nom de quartier de l'Etape.

Consulter l'exposition

3 ans d'annotation collaborative

Plus de 45 000 annotations réalisées par les internautes

Evolution de l'annotation (2012-2015)

En septembre 2012, les Archives municipales se lancent dans un grand pari participatif : l'annotation collaborative de documents d'archives. Le projet est assez inédit sous cette forme pour des Archives communales alors que ce type de service est déjà proposé sur plusieurs sites d'Archives départementales. Pour mémoire, les internautes ont désormais la possibilité de saisir de chez eux des informations issues des documents d'archives qu'ils visionnent. Ils alimentent ainsi instantanément une base de recherche qui s'étoffe en ligne des informations saisies et qui est surtout accessible à tous les internautes.

Les premiers documents concernés sont des actes d'engagement volontaire du 19e siècle. En moins d'un an, les 1737 vues du fonds sont indexées par quelques contributeurs.

En septembre 2013, le module d'annotation est installé pour les recensements de population. Un chantier gigantesque est ouvert avec 13 685 images, soit une estimation de 685 000 annotations environ à réaliser ! En 2 ans, plus de 40 000 annotations sont faites par nos volontaires. Un registre a déjà été entièrement indexé par une personne. Un autre contributeur a franchi le seuil des 18 000 annotations saisies à lui seul !

Depuis fin 2014, il est également possible d'annoter les dates et titres des séances du conseil municipal de 1789 à 1963. Déjà plus de 3 400 fiches ont été saisies pour faciliter la recherche dans le fonds.

Ainsi en 3 ans, plus de 45 300 annotations ont été réalisées sur le site. Et ce chiffre évolue très régulièrement !

Pour cela, nous remercions vivement les personnes qui croient en notre projet et y participent.

Nous invitons nos contributeurs actuels à poursuivre aussi bien leur travail et à nous faire part de leurs remarques ou souhaits d'évolution. Nous encourageons également de nouveaux internautes à nous rejoindre !

Prochainement, l'annotation des tables décennales et des registres d'état civil sera lancée. A vos claviers !

Participer à l'annotation

Nous contacter

 

 

Nombre d'annotations sur le site (2 septembre 2015)Ecran d'annotation des recensements d'Orléans

La municipalité Rabier durant la Grande Guerre

Arrivée du 8e chasseur en avril 1914 : Fernand Rabier accueille le colonel Chassot  (Fonds Chassot)

Elue dans la controverse en mai 1912, la municipalité de Fernand Rabier ne se doute pas que le mandat aura la particularité de durer 7 ans et qu'il faudra faire face à la guerre.

En 1913-1914, l'aménagement du quartier de l'Etape, la destruction de la Tour Saint-Paterne, les nouveaux casernements ou la réorganisation des fêtes de Jeanne d'Arc sont au coeur de débats souvent houleux. En avril 1914, c'est en grande pompe que la municipalité accueille le Colonel Adrien Chassot et les troupes du 8e Chasseurs.

Dès l'annonce de la mobilisation, cette municipalité a la très lourde tâche d'organiser le quotidien des Orléanais. Dans un premier temps, assurer du travail et le ravitaillement pour la population civile sont la priorité. Très vite, Fernand Rabier et ses adjoints doivent annoncer aux familles d'Orléans les décès des maris ou encore des enfants partis au front.

Echelon territorial le plus proche de la population, la Mairie assure également le relais avec l'Armée qui réquisitionne, entre autres, les bâtiments publics et les maisons particulières. Elle fait appliquer les directives de l'Etat telles que les mesures liées aux restrictions. Elle assure tant bien que mal la continuité des affaires de la cité.

Sur 36 membres, 8 élus sont mobilisés dès août 1914. Parmi ceux-là, 6 ne reprendront pas du tout leur place durant les séances du Conseil municipal de ce mandat. L'un d'entre eux, Maurice Dubois, plusieurs fois distingués par l'Armée pour ses actions et son attitude, décède en janvier 1919 et sera déclaré Mort pour la France.

 

Lire l'article

 Accéder aux séances du Conseil municipal 1914-1918



 

 

 

Orléans, tous aux bains !

Ecole de natation en Loire

Suite aux nombreuses demandes de nos lecteurs, cette exposition qui avait pris place dans les vitrines des Archives municipales du 4 juin au 6 octobre 2009, est à présent consultable en ligne.

N'hésitez pas à vous y plonger en cliquant ici !

 

Annotons l'état civil !

Nouveau programme d'indexation collaborative des fonds

Etat civil : page d'annotation

Après les actes d'engagement volontaire, les recensements de population et les délibérations du Conseil municipal, les Archives municipales proposent aux internautes, et notamment les généalogistes, d'annoter les tables décennales et les registres d'état civil d'Orléans.

A cette occasion, plusieurs outils ont été mis en place sur le site. Tout d'abord, dans les pages dédiées à l'Etat civil, les chercheurs bénéficient désormais d'un outil leur permettant de convertir les dates du calendrier révolutionnaire.

Par ailleurs, les personnes qui souhaitent annoter peuvent désormais s'inscrire ou se connecter à leur espace d'annotation directement depuis la visionneuse.

Enfin, un formulaire de recherche dans les annotations est à la disposition de tous. Pour le moment, peu d'annotations ont été réalisées comme l'indique le compteur situé à droite sur la page "Etat civil numérisé". Nous espérons cependant que le nombre d'annotation réalisé augmentera de façon significative et rapidement afin que la recherche dans ce fonds soit facilitée pour tous.

Accéder à l'état civil numérisé

Participer à l'annotation collaborative

Demander un renseignement

1830-1940 : Pages de pub orléanaises

Exposition des Archives municipales visible du 25 novembre 2015 au 18 mai 2016 dans les vitrines de la rue Fernand-Rabier et en ligne sur le site.

Grands magasins A. Bruerre et cie (AMO, 1J171).

Dans la première moitié du 19e siècle, la publicité moderne apparaît. Elle accompagne la révolution industrielle, l’extension du chemin de fer et l’émergence du tourisme. Elle est intimement liée à la naissance des grands magasins et des marques commerciales. Elle bénéficie des progrès techniques de la typographie et de l'impression. La publicité est illustrée et en couleur.

Bientôt, les "réclames" s'affichent sur les palissades de chantier et les murs des bâtiments. Un mobilier urbain spécifique à la publicité voit le jour. Les supports se diversifient pour toucher la cible voulue, s’immiscer entre toutes les mains, être diffusés partout et faire le « buzz ». Les slogans fleurissent sur les programmes de concerts, les guides touristiques et les annuaires. C'est également le début des produits dérivés.

Du 25 novembre 2015 au 18 mai 2016, les Archives municipales vous invitent à consulter quelques pages de publicités orléanaises datant de la fin du 19e siècle au début du 20e siècle. Certains des exemples choisis montrent comment l'affichage s'est imposé dans la ville et comment il a fallu l'organiser. D'autres illustrent la variété des supports, les codes utilisés et certains noms qui participent alors à la renommée commerciale et industrielle d'Orléans.

L'exposition est un avant-goût : nos collections, consultables en salle de lecture, regorgent d'exemples qui sont encore à étudier ! Avis aux amateurs...

L'exposition est également consultable en ligne sans limitation de durée

Marie Chassot et l'école orléanaise de rééducation des mutilés de la guerre

Ecole de rééducation des mutilés de la guerre (AMO, fonds Chassot)

Marie Chassot, femme du colonel qui dirige le 8e Chasseurs, s’investit durant tout le conflit dans plusieurs œuvres destinées à secourir les victimes de guerre et les soldats. Très vite, elle est consciente que les mutilés auront des difficultés à reprendre leur activité professionnelle et à subvenir à leurs propres besoins une fois réformés par l’Armée.

Dès mars 1915, elle organise des ateliers d’apprentissage et la réinsertion professionnelle des blessés, notamment chez les commerçants et agriculteurs orléanais. En octobre 1915, soutenue par les autorités publiques, l’Œuvre orléanaise de rééducation et de placement des mutilés est officiellement créée. Elle accueille dans ses locaux situés, entre autres, 10, rue Chappon puis, jardin de l’Evêché, tous les mutilés volontaires de la 5e Région militaire.

Jusqu’en 1921, Marie Chassot et ses deux filles, Claire et Germaine, feront vivre l’école de rééducation. Les archives montrent que Marie Chassot inspire un profond respect à ses contemporains. Son dévouement, son zèle et ses résultats sont cités à de nombreuses reprises dans la presse. En 1919, l’Etat lui remet la Médaille de la Reconnaissance française, destinée à distinguer les auteurs d’actes de dévouement accomplis durant la Guerre.

En 2015, deux de ses arrières-petites-filles, petites-filles de Claire Chassot, font don aux Archives municipales des archives en leur possession. De magnifiques clichés illustrent la vie des pensionnaires, notamment dans les ateliers.

Lire l'article

Dernières actualités



Espace personnel