Accueil > Histoires d'Orléans > Expositions virtuelles > Du quartier de l'Etape aux Champs-Elysées d'Orléans > 1915 : le projet Naudin

Histoires d'Orléans


1915 : adoption du projet Naudin

L’aménagement du terrain de l’ancienne caserne de l’Etape doit donner naissance à terme à des logements plus modernes pour les Orléanais. Mais, dans un premier temps, il doit aussi permettre de désenclaver le quartier. Il faut réaliser une percée allant des boulevards au transept Nord de la cathédrale Sainte-Croix et une autre reliant la place de l’Etape au Nord-est de la ville, via les boulevards. Ainsi, les premiers débats portent sur le plan de voirie à adopter.

Parmi les nombreux projets en présence, deux plans s’affrontent. Le plan Robichon, défendu par le conseiller municipal Depallier, ne sépare pas l’aménagement du quartier de l’Etape de celui de l’ancien cimetière Saint-Vincent. Une seule artère est percée pour relier directement la place de l’Etape au faubourg Saint-Vincent. Le projet est cependant jugé trop coûteux. De plus, près de 200 habitants de la partie sud du faubourg s’opposent également à cette idée qui entrainerait, selon eux, la disparition des commerces du secteur contourné au sud.

Le plan d’aménagement proposé dès 1913 par le conseiller municipal Auguste Naudin se concentre, quant à lui, sur le lotissement du quartier de l’Etape, sans préjuger de l’utilisation de l’ancien cimetière Saint-Vincent. Auguste Naudin propose 2 voies dans l’axe Nord-Sud ainsi que la percée de 3 voies transversales qui permettront de relier les 5 îlots du nouveau quartier résidentiel au centre-ville, notamment avec le prolongement de la rue Alsace-Lorraine, ce qui donnerait un accès direct à la rue de la République et à la gare. Lors de la séance du Conseil municipal du 9 août 1915, alors que la Première Guerre mondiale fait rage, le plan Naudin est définitivement adopté.

Néanmoins, en raison du contexte international, l’Armée ne peut désaffecter la caserne Duportail. Celle-ci reste en activité jusqu’à la démobilisation. C’est en 1921 seulement que l’Armée restitue le terrain à la Ville d’Orléans. A partir de cette date seulement, la question de l’aménagement du quartier de l’Etape peut à nouveau être envisagée.

5866_projet_naudin_complet.jpgDos128_Theophile_chollet_projetouverturerue001.jpgDos128_denomination_Theophile_chollet001.jpg

Du cimetière Saint-Vincent au Parc Louis-Pasteur


Espace personnel